Les cellules souches embryonnaires contaminées

Publié le : 26 janvier 2005

Une équipe de l’Université de San Diego et du Salk Institute affirment dans la revue Nature Medicine que toutes les lignées de cellules souches embryonnaires humaines (Cseh) disponibles aux États-Unis pour la recherche publique sont contaminées. Les 2 chercheurs ont découvert que ces cellules contiennent un acide sialique, le Neu5Gc, qui n’est pas produit par des cellules humaines. 

Cet acide proviendrait des milieux nutritifs d’origine animale dans lesquels sont cultivées les cellules  souches embryonnaires.Or les humains contrairement aux autres mammifères n’expriment pas le Neu5Gc à la surface de leurs cellules et produisent même des anticorps contre cet acide sialique. Cette découverte compromet l’éventuelle utilisation thérapeutique des cellules souches embryonnaires chez l’homme.

Pour les chercheurs l’une des solutions serait "d’utiliser un sérum humain dans le milieu de culture" sans pour autant être certains que les cellules seront alors débarrassées du Neu5Gc. Ils préconisent donc de créer de nouvelles lignées de cellules souches embryonnaires et de les cultiver avec le sérum de la personne qui doit recevoir le traitement.


Rappelons cependant que la loi fédérale interdit aux États-Unis de financer la recherche entraînant la destruction d’embryon humain.

Nouvelobs.com (Cécile Dumas) 25/01/05 - Le Quotidien du Médecin 26/01/05

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres