Les cellules souches adultes relancent le débat : où va l’argent ?

Publié le 14 Déc, 2007
Valeurs Actuelles consacre un dossier aux travaux sur la révision de la loi de bioéthique qui commencent à peine et qui devront prendre en compte les dernières découvertes sur les cellules souches adultes.

 

Jeudi 22 novembre se tenait au Sénat un colloque sur les cellules souches adultes et les cellules issues du sang de cordon ombilical (cf. Synthèse du 23/11/07). Au cours de cette journée, présidée par Marie-Thérèse Hermange, sénateur de Paris, membre du Comité consultatif national d’éthique (CCNE) et membre correspondant de l’Académie Nationale de Médecine, les débats ont largement tourné autour des cellules de sang de cordon.

 

En 1988, l’équipe du Pr Eliane Gluckman (hôpital Saint Louis – Paris) avait réalisé la première greffe de sang de cordon, sauvant un patient atteint d’une maladie, mortelle à l’époque, de la moelle osseuse. En novembre 2006, l’équipe du Pr McGuckin et du Dr Forraz (Université de Newcastle) a créé un foie miniature en 3 dimensions à partir de cellules prélevées dans du sang de cordon ombilical. Mais, pour soigner le maximum de personnes et permettre aux chercheurs d’avancer, il faut disposer de stocks de sang de cordon et donc de banques pour les conserver.

 

La plupart des pays s’attachent donc à développer ces banques de conservation. Placée au 16ème rang, derrière la République Tchèque, la France ne compte que 6 000 unités de sang de cordon, quand 50 000 seraient nécessaires pour répondre à nos besoins. On importe donc, chaque année, des dizaines d’unités placentaires pour un coût estimé entre 15 et 20 000 euros l’unité. C’est que la législation française n’autorise la conservation de ces unités de sang qu’au sein de banques publiques. Or, il n’en existe que trois en France actuellement. Et, même si l’Agence de la biomédecine prévoit l’ouverture de deux nouveaux centres avant fin 2008, cela ne porterait le stocks d’unités placentaires qu’à 10 000. Pourtant, il existe d’autres systèmes de banques, privées ou mixtes…

 

Pour Eliane Gluckman, le retard considérable pris par la France dans ce domaine s’explique surtout par un “manque de volonté politique“. “Même si ça n’est pas dit officiellement, l’ensemble des fléchages financiers sont faits en direction des recherches sur les cellules souches embryonnaires“, ajoute Marie-Thérèse Hermange. D’après le journaliste “ce constat est (…) difficile à vérifier tant l’opacité règne en la matière. Les crédits publics sont souvent accordés aux recherches sur les cellules souches dans leur ensemble“. Et pourtant, “la question de la répartition des budgets est (…) fondamentale“. “En clair, il s’agit de savoir si l’argent est attribué aux recherches qui avancent.

 

A ce sujet, les propos tenus par Arnold Munnich, chef du service de génétique à l’hôpital Necker (Paris), au cours des auditions publiques du 29 novembre (cf. Synthèse du 29/11/07) sont troublants. D’après lui, en dépit des sommes considérables investies dans la thérapie génique, les progrès obtenus dans ce domaine sont “minables“. Il craint que les mêmes erreurs soient commises avec la recherche sur les cellules souches embryonnaires.

 

Certains chercheurs demandent tout de même une plus grande libéralisation de la loi. “Il ne faut pas penser que le dispositif législatif actuel bride les scientifiques et que le libéraliser permettrait ispo facto d’obtenir des résultats thérapeutiques. Les scientifiques ne sont pas sous le boisseau“, répond le Pr Munnich. La loi de 2004  interdit, par principe, les recherches sur l’embryon, tout en les autorisant à titre dérogatoire et à condition qu’elles soient susceptibles de permettre un progrès thérapeutique majeur. “Le problème, c’est qu’aucune, pour l’instant, n’a produit de telles avancées.

 

Du coup, un étonnant glissement sémantique est en train de s’opérer : les partisans des recherches sur l’embryon, qui ont longtemps espéré des progrès thérapeutiques, préfèrent insister aujourd’hui sur la recherche fondamentale“, relève le journaliste. Parmi eux, Jean-Claude Ameisen, président du Comité d’éthique de l’Inserm, pour qui “il ne faut pas restreindre la recherche fondamentale car on ne peut pas savoir à l’avance ce qu’elle va permettre de découvrir” ; ou encore Alain Claeys, député PS et membre de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (Opecst), pour qui “la recherche fondamentale n’est pas un gros mot“.

 

Ce “changement de cap” intervient alors que le Pr Shinya Yamanaka vient d’annoncer avoir réussi à obtenir des cellules souches pluripotentes à partir de cellules de peau humaine (cf. Synthèse du 21/11/07). Pour Claude Huriet, président de l’Institut Curie et membre du conseil d’administration de l’Agence de la biomédecine, cette découverte apporte une “donnée nouvelle qu’il est impossible d’ignorer“. “L’apparition de cette voie innovante les [les parlementaires, NDLR] incitera-t-elle à rétablir l’interdiction de recherche sur l’embryon ? On vont-ils, au, contraire, étendre l’autorisation ?” Il redoute que les états généraux de la bioéthique de 2009 soient “instrumentalisés”.

 

Les tenants de la recherche sur l’embryon ne semblent effectivement pas prêts à renoncer à une légalisation du clonage thérapeutique pour laquelle ils militent depuis des années. Leur revendication a été relayée l’année dernière par deux rapports, l’un signé par Alain Claeys et l’autre par Pierre-Louis Fagniez (député UMP et aujourd’hui conseiller auprès de Valérie Pécresse, ministre de la Recherche). Les responsables du Leem, principal organe de représentation des entreprises du médicament, ont aussi repris à leur compte cette requête : pour eux, la loi de 2004 est un des principaux freins à l’attractivité et à la compétitivité de la France en matière de thérapies cellulaires. Catherine Lassale, directrice des affaires scientifiques, pharmaceutiques et médicales du Leem n’hésite pas à répéter que : “nous devons dire ce que le transfert nucléaire [clonage, NDLR] peut permettre de faire en recherche, expliquer que cela va permettre à l’industrie pharmaceutique de trouver de nouveaux médicaments et demander si, par conséquent, la France veut être dans la course ou laisser faire l’Angleterre“. Or, en Angleterre, Ian Wilmut, “père” de Dolly, première brebis clonée, vient d’annoncer qu’il renonçait à ses travaux sur le clonage pour se consacrer aux recherches de Yamanaka qu’il considère plus prometteuses (cf. Synthèse du 19/11/07)…

Valeurs Actuelles (Christophe Plotard) 14/12/07

Partager cet article

Synthèses de presse

Etats-Unis : la Cour suprême met fin au "droit à l'avortement"
/ IVG-IMG

Etats-Unis : la Cour suprême met fin au “droit à l’avortement”

La Cour suprême a annulé l’arrêt Roe vs. Wade. Avec cette décision prise ce vendredi, elle rend chaque Etat libre ...
Sport : vers le dopage génétique ?
/ Génome, Transhumanisme

Sport : vers le dopage génétique ?

Le dopage génétique, difficile à détecter, s'est complexifié avec CRISPR ces dernières années ...
Avortement en Allemagne : le code pénal abrogé
/ IVG-IMG

Avortement en Allemagne : le code pénal abrogé

Le nouveau gouvernement en avait fait une priorité : l’interdiction de publicité sur l’avortement est supprimée ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres