Les biohackers : bricoler le vivant

Publié le : 7 septembre 2009

Le supplément du Monde du 5 septembre 2009 consacre un article aux biohackers, bricoleurs de "laboratoires-maison" qui s’organisent pour mener des recherches sur le vivant dans le courant de la culture des hackers informatiques : ils revendiquent la compétence technique, la solidarité, l’irrespect à l’égard des autorités et des savoirs établis et un "désir irrépressible de démonter tout ce qui leur tombe sous la main pour voir comment ça marche". Les biohackers entendent mener leurs recherches en toute liberté, loin des laboratoires officiels. Scientifiques ou simples curieux, ils bénéficient de la démocratisation de l’accès au savoir permis par internet.

Un groupe baptisé DIYbio (Do-it-Yourself Biology) réunit ainsi des biohackers dont les membres s’adonnent à différents bricolages dans le domaine des manipulations génétiques : modification du génome de bactéries, analyse de leur propre ADN, fabrication de "machines génétiques" destinées au grand public,…Ils visent la démocratisation des manipulations génétiques et la levée du préjugé selon lequel "les manipulations génétiques et les OGM sont un crime contre la nature ou contre la volonté divine".

Dans ce but, ils rejettent le concept de secret de fabrication et refusent de déposer brevets et copyrights sur leurs inventions. N’importe qui a le droit de les reprendre pour les modifier ou les améliorer à condition que les versions ultérieures restent elles aussi libres et ouvertes.

Les biohackers se disent conscients des risques inhérents au génie génétique, risques qu’ils considèrent cependant contrôlables. Un petit groupe de militants de Boston a d’ailleurs rédigé et diffusé un ensemble de règles de sécurité et de transparence à l’usage des débutants pour éviter les accidents et rassurer la population et les pouvoirs publics…

Le Monde 2 05/09/09

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres