Les « bébés éprouvettes » susceptibles de développer plus de cancers pédiatriques

Publié le : 26 avril 2017

En Israël, l’université Ben-Gourion a mené une étude qui établit que les « bébés éprouvettes » sont plus susceptibles de développer des « types variés de cancers et tumeurs pédiatriques ».

 

L’étude a analysé le parcours sanitaire de bébés nés entre 1991 et 2013[1], suivis jusqu’à l’âge de 18 ans au centre médical de Soroka à Beer Sheva en Israël, sur une période moyenne de 10,6 ans.

 

Sur la période, 1498 néoplasmes ont été diagnostiqués : « Le taux d’incidence pour les néoplasmes s’est révélé plus élevé parmi les enfants issus d’une FIV et quelque peu inférieur pour ceux nés d’une induction d’ovulation en comparaison aux enfants qui avaient été conçus de façon naturelle ». 

 

« La recherche conclut que l’association entre la FIV et les néoplasmes et tumeurs malignes pédiatriques est significative », explique Eyal Sheiner, vice doyen de la faculté des Sciences de la santé de l’Université, qui poursuit : « Avec un nombre croissant d’enfants conçus par le biais de traitements de la fertilité, il est important de suivre leur santé ». 

 

[1] Sur 242 187 nouveau-nés étudiés, 237 863 (98,3 %) ont été conçus de manière spontanée, 2 603 (1,1 %) étaient issus d’une fécondation in vitro et 1 721 (0,7 %) sont nés de traitements de déclenchement d’ovulation.

<p>The times of Israël, Shoshanna Solomon (25/04/2017)</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres