Les Américains meurent plus souvent chez eux qu’à l’hôpital

Publié le : 12 décembre 2019

« Pour la première fois depuis au moins un demi-siècle, les Américains sont plus nombreux à mourir chez eux qu’à l’hôpital », une tendance qui « reflète l’augmentation des soins palliatifs à domicile et une avancée vers le type de fin que la plupart des personnes dit désirer ». Les décès ont également diminué dans les maisons de retraite.

 

Pour le Dr Haider Warraich, du Veterans Affairs Boston Healthcare System et premier auteur de l’étude parue dans le New England Journal of Medicine[1], la plupart des gens mouraient à l’hôpital « au moins depuis les années 1970, période à partir de laquelle les données sont fiables ».

 

L’étude se base sur les statistiques gouvernementales pour les morts naturelles. D’après les chiffres, la proportion de décès à l’hopital à chuté de 40% à 30% entre 2003 et 2017, et de 24% à 21% pour les maisons de retraite. Les décès au domicile ont en revanche augmenté, passant de 24% à 31%.

 

Les personnes jeunes meurent plus souvent à l’hôpital, de même que les patients souffrant d’une pathologie respiratoire. Les patients atteints de cancer quant à eux meurent plus souvent chez eux, et ceux atteints de démence en maison de retraite.

 

L’augmentation des soins palliatifs à domicile « a permis à plus de personnes de passer leurs derniers jours à la maison » affirme le Dr Warraich, et « c’est une bonne chose » estime-t-il. « La mort était devenue surmédicalisée au cours du siècle dernier ». « Si vous demandez aux patients ou à vos êtres chers où ils souhaitent mourir, la maison est leur premier choix, où qu’ils soient et peu importe à quel point ils sont malades. Mourir à la maison est devenu très important pour de nombreux patients, même si c’est pour un seul jour ».

 

Au Canada, le taux de décès à la maison est de 59,9%, en Angleterre de 46%.



[1] bit.ly/38vZz8W The New England Journal of Medicine, online December 11, 2019.

 

<p>Washington Times, Marilynn Marchione (11/12/2019) – Reuters, Gene Emery (11/12/2019)</p> <p> </p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres