L’enfant, un être humain dès sa conception

Publié le : 22 septembre 2003

Les premières Rencontres internationales du droit de la bioéthique et de la médecine se sont tenues à Marseille du 16 au 18 septembre dernier. Son but était notamment de réfléchir aux évolutions « concevables et souhaitables » du droit, comme le soulignait Gérard Teboul, professeur à l’université Paris XII.

 

Parmi les intervenants, notons les présences de M. Jerry Sainte Rose, avocat général à la Cour de Cassation, M. Peter Liese, membre du Parlement européen (Allemagne), M. Carlos de Sola, Secrétaire général du Comité directeur de bioéthique du Conseil de l’Europe (Espagne) et de M. Didier Sicard, Président du Comité consultatif national d’Ethique.

 

Le titre « Procréation et droits de l’enfant » a amené les orateurs à débattre sur la question « qu’est-ce qu’un enfant et quel est son point de départ ? ». La plupart des orateurs se sont accordés pour dire que l’enfant était un être humain dès sa conception.

 

La question du diagnostic génétique fut également abordée au cours de ces assises. Le professeur Amos Shapira, professeur de droit et d’éthique biomédicale à l’université de Tel Aviv a rappelé le coût élevé des diagnostics préimplantatoires et des fécondations in vitro pour un taux de grossesse faible.

 

Enfin, des débats ont eu lieu autour de la question des bébés médicaments.

<p>Gènéthique 22/09/03</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres