L’écologie est-elle compatible avec la bioéthique?

Publié le : 21 mai 2013

Ce mardi, le quotidien La Croix consacre son supplément Sciences & éthique au point de vue des écologistes français sur la bioéthique. Pour Jean-Marie Pelt, fondateur de l’Institut européen d’écologie, « l’écologie, c’est avant tout la conscience qu’il y a des limites à nos interventions sur la nature« . Et « cette prudence appliquée au vivant doit s’appliquer a fortiori à l’être humain« . Par conséquent, la position « avant-gard[iste] » adoptée par certains parlementaires écologistes, comme l’ouverture de la procréation médicalement assistée aux couples de femmes, l’assouplissement de certains principes relatifs à la gestation pour autrui ou l’autorisation de la recherche sur l’embryon, « le laisse mal à l’aise« .  L’agro-écologiste Pierre Rabhi met également en garde: « attention à cette tentation de l’homme démiurge qui prétend mieux faire que la nature« . 

 

Pour les écologistes, il faut s’interroger sur les limites des techniques, sans renier en bloc leur intérêt, précise la journaliste : « Que doit-on leur confier? A-t-on ou non intérêt à techniciser tel ou tel aspect du vivant? Les rapports humains y gagneront-ils? quels en seraient les effets pervers potentiels?« . Pour Dominique Bourg, philosophe et professeur à l’université de Lausanne ces questions sont d’autant plus justifiées lorsqu’il s’agit du corps humain.

 

La journaliste rappelle que très souvent, « les prises de position sur les question de bioéthique sont […] d’autant plus délicates que la dimension religieuse n’est jamais loin« . A ce propos, Bernard Perret, économiste, spécialiste du développement durable, affirme que « les clivages politiciens en vigueur imposent  qu’un écolo ne puisse être ni de droite ni catho« . Ce que confirme un élu d’Europe Ecologie les Verts (EELV) : « quand je dis publiquement que je suis pour la défense en toute chose du vivant, on me dit que ça fait ‘prolife’ « . 

 

Au parlement Européen, la vision écologiste de la bioéthique est plus unitaire. En effet, Alain Lipietz, ancien député européen mentionne: « quand il s’agissait de voter le budget de la recherche, nous avons toujours choisi de remplacer les recherches sur les cellules souches embryonnaires par des recherches sur les cellules souches adultes, tant le risque de manipulation sur la reproduction humaine artificielle est grand« . 

<p>La Croix (Emmanuelle Réju) 21/05/2013</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres