Le savant fou dévoile son projet de clonage

Publié le 8 Août, 2001

C’est hier que le Docteur Severino Antinori a détaillé ses projets de clonage humain devant la NAS, la plus prestigieuse Académie nationale des sciences de Washington. 200 couples dans l’incapacité d’avoir des enfants à cause de la stérilité de l’homme se seraient portés volontaires pour une insémination d’embryons clonés. Il a présenté son projet en présence de Panayiotis Michael Zavos, généticien américain d’origine Grecque avec qui, il prévoit de mener son expérience controversée. Pour le médecin Italien, rien ne doit s’opposer à la technique du clonage à des fins de reproduction. « Cloner nous aidera à mettre fin à de nombreuses maladies, à donner aux hommes stériles la chance d’avoir des enfants. Nous ne pouvons pas passer à côté d’une pareille occasion » a t-il affirmé.  Il a précisé qu’il réaliserait l’opération en deux temps : un embryon humain sera d’abord conçu et congelé ; puis un diagnostic pré-implantatoire sera réalisé afin de s’assurer que le fœtus ne présente pas d’anomalies.

Or les expériences déjà menées sur des animaux sont des opérations délicates : seulement 5% des embryons clonés se développent jusqu’au terme
Quant aux survivants ils naissent avec de nombreux problèmes immunitaires ou cardiaques. Le Dr Antinori devra prélever des cellules différenciées comme cellules de départ. Or ces cellules programmées pour assurer une fonction précise ne peuvent pas retourner à leur état antérieur d’indifférenciation. Le succès de la reprogrammation  de cellules différenciées tient donc du miracle. Plusieurs scientifiques de renom s’en sont pris à ces apprentis cloneurs : ainsi Rudolph Jaenisch, un spécialiste du clonage a t-il expliqué « il est impossible de prédire si un clone se développera en un individu normal ou anormal ». Quant aux membres de la secte Raël qui projette également de cloner des êtres humains, ils affirment par l’intermédiaire de Brigitte Boisselier, « directrice scientifique » de Clonaid « avoir assez d’informations pour procéder au clonage humain. Je pense que c’est un droit fondamental de pouvoir se reproduire de la façon que l’on souhaite. Si vous voulez vous reproduire par clonage, vous en avez le droit ».

L’Eglise  Catholique qualifié de « taliban » par le Dr Antinori  s’est exprimé par l’intermédiaire du cardinal Ratzinger. Il a accusé le médecin Italien de « vouloir imiter Hitler » qui « dans un certain sens (…) avait anticipé certains développements modernes comme le clonage ou l’expérimentation médicale sur les embryons. » Il ajoute « il est terrifiant que quelques puissances qui, dans la première moitié du siècle précédent, ont mis en échec le nazisme, choisissent aujourd’hui, dans le domaine scientifique, des pratiques discutables et inhumaines ».

Noëlle Lenoir qui préside le groupe européen sur la bioéthique se dit elle aussi choquée par une telle annonce. « Le clonage reproductif n’est pas une fécondation », affirme t-elle « on manipule, on triture et on obtient un embryon, sorte de clone du fournisseur de la cellule d’origine » ajoute t-elle.

 

Enfin le Pr Jean-François Mattéi, président du groupe DL à l’Assemblée Nationale dénonce outre l’escroquerie scientifique, la faute morale que représente un tel projet. Il estime que le projet du Pr Antinori relève du « crime contre l’humanité ». Il souhaite enfin  que l’ONU se saisisse de ce problème pour que des décisions internationales soient prises.

 

Libération 08/08/01 – Le Monde 08/08/01 – Le Figaro 08/08/01 – La Croix 08/08/01 – RTL Info 08/08/01 – Cybersciences.com 07/08/01 – Radio Canada 08/08/01 – Le Progrès de Lyon 08/08/01 – Europe nfos.com 08/8/01 – Le Temps 09/08/01 – La Voix du Nord 09/08/01 – Le Monde 09/08/01

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

Transhumanisme : Synchron intègre l’intelligence artificielle dans son interface cerveau-ordinateur
/ Transhumanisme

Transhumanisme : Synchron intègre l’intelligence artificielle dans son interface cerveau-ordinateur

Un Américain handicapé a commencé à utiliser une fonction d’intelligence artificielle pour l’aider à communiquer à une vitesse « conversationnelle » ...
Le dossier médical partagé devant le Conseil constitutionnel
/ E-santé

Le dossier médical partagé devant le Conseil constitutionnel

Après sa saisine par l'ordre des médecins, le Conseil d'Etat a soumis une QPC sur les modalités d'accès au dossier ...
Suicide assisté : les juges italiens doivent statuer « au cas par cas »
/ Fin de vie

Suicide assisté : les juges italiens doivent statuer « au cas par cas »

Selon la Cour constitutionnelle italienne, en l’absence de législation sur le suicide assisté, les juges devront se prononcer « au ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres