Le ”père” des ”bébés éprouvettes” : agir puis réfléchir…

Publié le 1 Fév, 2007

Le quotidien Le Monde accorde une interview au biologiste britannique Robert Edwards qui fut le premier à concevoir des embryons humains par fécondation in vitro. Il fut, avec le docteur Patrick Streptoe, à l’origine de la naissance en 1978 de Louise Brown, premier "bébé éprouvette". Aujourd’hui, 3 millions d’enfants sont nés par procréation médicalement assistée dans le monde.

Robert Edwards souligne que ses premiers travaux en 1955 ont porté sur des animaux. A partir de 1960, il s’est intéressé à l’espèce humaine. 7 ans se sont alors écoulés entre le premier transfert in utero d’embryons fécondés in vitro et la naissance de Louise Brown.

Interrogé sur les questions d’éthique provoquées par ses travaux, Robert Edwards savait que l’Eglise catholique condamnerait ses recherches, notamment parce qu’elle s’opposait à la manipulation des cellules sexuelles de l’espèce humaine. Mais pour lui, "il ne devrait pas y avoir de limites aux recherches scientifiques rigoureuses et honnêtes sur l’embryon." Il estime qu’il faut d’abord obtenir des résultats avant de prendre des décisions sur ce qui peut être autorisé ou non et déclare ne pas comprendre la conception française qui entend réfléchir a priori sur ce qui est ou non autorisé.

A propos du diagnostic prénatal et préimplantatoire, il estime que "nous avons le droit d’éviter la naissance d’enfants porteurs de graves anomalies".

Le Monde (Jean-Yves Nau) 01/02/07

Partager cet article

Synthèses de presse

01bis_embryon

Etats-Unis : trois souriceaux nés d’une cellule de peau

Dirigé par Shoukrat Mitalipov, des chercheurs ont fait naitre des souriceaux à partir d'une cellule de peau et d'un ovocyte ...
02_fin_de_vie_soins_palliatifs
/ Fin de vie

Sédation palliative : une nouvelle directive aux Pays-Bas

En juin 2022, la KNMG et l’IKNL ont publié une révision de la directive relative à la sédation palliative ...
Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR
/ Génome

Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR

Une équipe internationale vient de remporter le Big Beat Challenge, pour son projet de thérapie génique visant les maladies cardiaques ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres