Le droit et le juste – sous la direction de Aude Mirkovic et Olivia Sarton

Publié le 21 Avr, 2022

Le droit est-il devenu injuste ? Réflexions en vue d’une refondation du droit.                                                           

Le présent ouvrage a été élaboré à la suite d’un colloque organisé par le Centre de Recherche en Ethique de Droit de l’Ouest (CREDO) ; il rassemble les interventions de participants issus du monde universitaire et de la justice.

L’ensemble est d’un grand intérêt pour sa cohérence, sa hauteur de vue et les questions traitées. Le lecteur est en effet convié à une réflexion sur le devenir d’une discipline omniprésente dans notre société, qui est le droit, et le droit associé à la notion de Justice.

Le droit est une discipline très ancienne, puisqu’elle fait de nous les héritiers du droit romain, dont la philosophie est traduite par la formule du Digeste, « suum quique tribuere », rendre à chacun ce qui lui revient. Cet héritage est enrichi par une philosophie réaliste inspirée notamment par Aristote et saint Thomas d’Aquin, et fructifié par la tradition séculaire du droit français et européen. Selon cette tradition, le droit est essentiellement un langage et un chemin ouvrant la voie à la Justice, en utilisant les lumières de la raison ; c’est ce qu’on appelle le droit naturel, qui procède de l’observation de la nature de l’homme, créature ordonnée vers le souverain bien.

Or, les différents intervenants constatent que cette vision prudente, réaliste, humaine pour tout dire, est de plus en plus contrebattue par une conception concurrente, marquée par le nominalisme (Guillaume d’Ockham, Gerson, Hobbes), et le relativisme, le subjectivisme, qui  « détrône » le droit naturel en lui substituant des prétendues avancées dans tous les domaines, en particulier le droit des familles, la protection de l’enfance et la filiation, et en instaurant une sorte de « dictature du désir », au nom des droits de l’homme, du droit à la différence, etc.

Il s’agit véritablement d’un dévoiement du droit, qui exaltant un émiettement des libertés et un individualisme forcené, conduit à des aberrations telles que l’avortement considéré comme un droit imprescriptible, la PMA sans père et bientôt sans mère avec la GPA, l’euthanasie annoncée pour le prochain quinquennat présidentiel, sans oublier les délires transhumanistes.

Nos auteurs, fort heureusement, ne se limitent pas à cette analyse peu réjouissante : contre la « frénésis » suscitée par un droit positif intrusif et déstructurant inspirée par une pseudo- philosophie prométhéenne, ils proposent de restaurer la « phronésis », qui n’est autre que la prudence du juriste respectueux des lois de la nature et familier des chemins de la Justice ; cela suppose de restituer aux mots leur sens véritable, ancré dans le réel en retrouvant cet ars boni et aequi (art du bon et du juste), composante essentielle du bien commun.

Mais ce vœu si respectable est-il réalisable sans une véritable révolution morale et politique ? Telle est la question que l’on peut se poser en fin de lecture de cet excellent ouvrage.

Date de parution : 21/12/2021

Editeur : Presses universitaires Rhin et Danube

Nombre de pages : 150

Partager cet article

Synthèses de presse

14_gpa
/ PMA-GPA

GPA : un site internet « manifestement illicite »

Le 23 Novembre, la Cour de Cassation a confirmé le caractère « manifestement illicite » d’un site internet proposant des services de ...
Des implants redonnent la parole aux personnes paralysées
/ Transhumanisme

Des implants redonnent la parole aux personnes paralysées

A l’aide d’interfaces cerveau-ordinateur (BIC), les scientifiques apprennent à traduire les signaux du cerveau de personnes paralysées en mots et ...
La FDA approuve une thérapie génique contre l’hémophilie
/ Génome

La FDA approuve une thérapie génique contre l’hémophilie

La thérapie génique Hemgenix est destinée aux patients atteints d’hémophilie. Le prix de ce traitement s'élève à 3,5 millions de ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres