Le business de la FIV au détriment de la santé des femmes ?

Publié le : 9 novembre 2020

A Tiruchy, une ville du sud de l’Inde, les autorités s’inquiètent d’une hausse soudaine de la mortalité maternelle dans le district. Le nombre de décès de femmes enceintes a presque doublé par rapport à l’année dernière, passant de 47 à 83 sur la même période. Trois décès suite à des traitements de FIV viennent notamment d’être enregistrés. Ces femmes avaient toutes plus de 40 ans et des antécédents médicaux à risque. L’une d’entre elles avait 45 ans, d’après le Gouverneur de district, le Dr Sivarasu.

Les protocoles de FIV demandent pourtant que les femmes soient « médicalement aptes » et âgées de moins de 45 ans. Lors d’une réunion de tous les médecins des hôpitaux publics et privés, le gouverneur « leur a conseillé d’être prudents pendant le traitement de FIV » et a insisté sur le fait que « le traitement de FIV devrait être effectué après une analyse approfondie et l’étude des antécédents médicaux de la patiente ». Il a rappelé que « de tels décès lors de grossesses par FIV sont extrêmement préoccupants ».

« La FIV est devenue une activité commerciale pour de nombreux hôpitaux, déplore une gynécologue sénior. Certains protocoles doivent être suivis. Si une personne souffre de diabète, d’hypertension, d’obésité ou de tout autre problème médical, et qu’elle a plus de 40 ans, la FIV n’est pas recommandée. (…) Les grands hôpitaux affectent souvent de jeunes médecins qui n’ont pas l’expérience nécessaire pour traiter de tels problèmes ».

Source : New Indian Express, Sowmya Mani (08/11/2020) ; photo : Pixabay\DR

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres