Le big data va-t-il révolutionner la médecine ?

Publié le : 6 novembre 2014
Le Monde publie un supplément entièrement consacré au big data, c’est-à-dire à la « rupture technologique » qui potentiellement permet d’agréger et de corréler un immense volume d’informations. Ceci constituerait une révolution à venir dans tous les domaines, y compris celui de la santé.

 

Le big data ouvrirait la porte à la « médecine préventive et personnalisée ». Des chercheurs espèrent pouvoir croiser les données disponibles en matière de santé (imagerie, ordonnances, comptes rendus d’analyses…), à l’instar de l’équipe installée au Boston Children’s Hospital qui « croise les données issues des bases de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), des sites GeoSentinel ou Eurosurveillance, mais aussi des moteurs de recherche américains Google News ou chinois Baidu News ». C’est en utilisant cette méthode que cette équipe avait détecté l’épidémie du virus H1N1 avant qu’elle n’éclate.

 

Par ailleurs, plusieurs hôpitaux des Etats-Unis utilisent le « super-ordinateur Watson d’IBM » pour aider les médecins à proposer une approche thérapeutique aux patients atteints d’un cancer. « En fait, c’est un membre supplémentaire dans l’équipe. Il oriente le médecin vers les éléments les plus importants du dossier du patient. Il suggère un traitement et donne le niveau de fiabilité de sa réponse », explique Patrice Poiraud, directeur big data et analytics chez IBM.

 

En France aussi, « le cancer est le premier champ investi par le big data ». Unicancer a lancé avec le laboratoire Roche un projet big data, ESME (épidémio-stratégie médico-économique), qui vise d’ici 2018 à analyser les données de 40 000 patientes qui ont eu un cancer du sein et qui ont été soignées par une molécule de Roche.

 

« A terme, le big data permettra de conjuguer l’analyse de l’ADN d’un patient atteint d’un cancer, ses anomalies génétiques et les données relatives à des milliers de patients  » similaires  » afin de définir  » la  » molécule et le dosage les plus adaptés à ce patient. Ce sera l’heure de la médecine personnalisée. »
<p>Le Monde (Sophy Caulier) 06/11/2014</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres