L’application de suivi du cycle Flo accusée de transmettre les données de ses utilisatrices

Publié le : 18 janvier 2021

L’application de suivi du cycle menstruel Flo a été accusée de transmettre certaines données de ses utilisatrices – sans leur accord, à d’autres entreprises, dont Facebook. La plainte, déposée en 2019 par la Commission Fédérale du Commerce américaine, précisait que les informations partagées concernaient « les projets de grossesse ou encore les dates de règles et d’ovulation ». Un accord vient d’être trouvé : la société commercialisant l’application devra organiser un audit sur « ses pratiques en matière de respect de la vie privée », et s’est engagée à « informer les victimes de l’utilisation de leurs informations ». Un message s’affichera désormais sur l’application pour obtenir le consentement des utilisatrices avant la transmission de leurs données. Toutefois, la société continue de nier les faits et estime avoir accepté cet accord « pour éviter de perdre du temps et de l’argent » dans un procès.

Pour la Commission Fédérale du Commerce, « les applis qui recueillent, utilisent et partagent des données sanitaires sensibles peuvent fournir des services précieux mais les consommateurs doivent pouvoir faire confiance à ces applis. Nous surveillons de près les développeurs ». Téléchargée plus de 140 millions fois dans le monde, Flo est désormais supprimée par de nombreuses femmes. L’enquête initiale du Wall street journal, qui avait mis Flo en cause, vise également onze autres applications.

Sources : Daily Mail, Shivali Best (14/01/2021) ; Ouest France (15/01/2021) – Photo: Pixabay DR

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres