Lancement d’une étude sur le DPNI à Québec

Publié le : 4 avril 2014

 Des chercheurs du Centre mère-enfant à Québec participent à une étude pancanadienne destinée à développer le diagnostic prénatal non invasif (DPNI), qui permet de dépister la trisomie 21 dans les tous premiers mois de la grossesse. 
Pour cela, des médecins du Centre hospitalier universitaire de Laval (CHUL – Québec) recherchent 1300 femmes enceintes de la région afin de comparer les résultats du nouveau test avec l’amniocentèse. Cette recherche s’effectue dans le même temps à Montréal, Calgary et Vancouver. Selon le Dr Gekas, le but du projet est d’ « augmenter la sécurité de ce dépistage pour diminuer le risque de fausse couche lié aux amniocentèses« . 

Actuellement inutilisé par les hôpitaux, le test Panorama est proposé par la société Procréa pour 800 €. Parce qu’il s’agit d’une société privée, une garantie objective sur son efficacité ne peut être apportée, précise le Dr Gekas: « La seule problématique, c’est qu’en général les compagnies qui détiennent les brevets de ce test ont aussi financé les recherches. Donc, actuellement tous les projets dont les résultats sont disponibles ont été financés par les sociétés qui commercialisent ces tests« . 
Enfin, un protocole d’utilisation de ce test sanguin doit être élaboré par les médecins « afin de déterminer à quel moment il peut être recommandé dans un suivi de grossesse« , précise le site d’information radio Canada. La question que devront également se poser les médecins est celle de savoir s’il « n’existe pas un risque, par exemple, [que ce test] devienne un outil pour créer des humains ‘sans défaut de fabrication’ ? », mentionne le Dr Gekas. 

Selon le journaliste, une utilisation du test dans les hôpitaux pourrait être envisagée en 2016 ou 2017.

<p> m-radio-canada.ca 02/04/2014</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres