L’Académie de médecine rend son rapport sur le DPI

Publié le : 15 mai 2002

Hier, mardi, le professeur René Frydman (hôpital Antoine Béclère, Clamart) a présenté le bilan de son équipe sur la pratique du diagnostic pré-implantatoire (DPI).

Rappelons que le DPI est pour un couple non stérile mais concerné par un problème de maladie génétique ou chromosomique, un moyen d’obtenir après fécondation in vitro, l’implantation d’un embryon sélectionné car certifié exempt de la maladie redoutée (les autres embryons conçus étant alors détruits).

Entre juillet 1999 et juillet 2001, plus de 230 couples ont été reçus par l’équipe d’Antoine Béclère. Sur les 136 couples acceptés, la pratique du DPI a été appliquée à 59 d’entre eux.

Le Pr René Frydman a annoncé, qu’à ce jour, 16 enfants ont été conçus par DPI (issus de 4 grossesses gémellaires et de 8 grossesses simples).

Le Pr Frydman rappelle que si « soixante-dix-huit couples ont été traités pour choix du sexe par trois centres européens (…), le DPI comme le diagnostic prénatal ne doivent pas être effectués à des fins de convenance personnelle« . 

Une nouvelle utilisation du DPI est à l’étude en France : le Comité Consultatif National d’Ethique (CCNE) doit bientôt se prononcer sur la possibilité ou non pour un couple de recourir au DPI pour concevoir un « bébé-médicament » c’est à dire que l’enfant serait sélectionné pour sa capacité à donner des cellules souches sanguines compatibles avec son aîné malade (cf. revue de presse du 25 et 26/02/02). 

C‘est en octobre 2000 que pour la première fois aux Etats-Unis a été conçu par DPI un « bébé-médicament » (cf. revue de presse du 05/10/00). La naissance d’Adam avait alors soulevé de nombreuses polémiques.

Pour en savoir plus lisez le dossier DPI. 

<p>Le Figaro (Martine Perez) 15/05/02 - RTL Info 15/05/02 - Le Quotidien du Médecin (Stéphanie Hasendahl) 16/05/02</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres