L’Académie de médecine défavorable à la GPA

Publié le : 4 juin 2014
L’Académie nationale de médecine a récemment communiqué sur ses travaux liés à l’ouverture de la PMA et la GPA aux couples de même sexe. N’ayant pas été consultée pour le débat national sur l’autorisation ou non de la PMA aux couples de femmes et/ou aux femmes célibataires, elle propose toute de même ces pistes de réflexion.

Ses réponses sont prudentes. En effet, les documents ne sont pas signés par l’Académie mais par les présidents des groupes de travail : Pr Pierre Jouannet pour la PMA et Pr Roger Henrion pour la GPA.

Sur la PMA, l’Académie ne prend pas position (Cf. Synthèse Gènéthique du 28 mai 2014). 
 

Sur la GPA, l’Académie rappelle qu’elle s’y était opposée en 2009 et le groupe de travail du Pr Henrion semble renouveler cette position, après avoir pesé le pour et le contre. Les arguments opposés se fondent sur les « risques encourus par la mère (grossesse, hémorragie de la naissance, microchimérisme) et l’enfant (l’épigénétisme) », ainsi que sur les publications de pédopsychiatres français au sujet de l’importance de la différence des sexes. Entrent en compte aussi des arguments éthiques : « l’atteinte au statut de la maternité, la mutation bioéthique (d’une indication médicale à sociétale), la commercialisation du corps humain, l’asservissement de la femme ou encore les choix financiers que l’ouverture de la GPA impliquerait pour la société ». Elle conclut sur les « interrogations graves » suscitées par ce sujet et insiste sur la nécessité du suivi pour les enfants dans le cas où la GPA serait autorisée à l’avenir. 

<p>Le Quotidien du médecin (Coline Garré) 2/06/2014 – Parents.fr (Chloé Margueritte) 28/05/2014 </p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres