L’ABM lance la 15ème « Journée internationale de réflexion sur le don d’organes et la greffe »

Publié le : 22 juin 2015

L’Agence de Biomédecine saisit l’occasion de la 15ème «Journée internationale de réflexion sur le don d’organes et la greffe », le 22 juin, pour « encourager les personnes à communiquer sur leur choix concernant le don d’organes et de tissus » par le biais de sa campagne d’information « dons d’organes, dites le à vos proches ».

 

Anne Courrèges, directrice de l’ABM depuis janvier 2015, entend « relever le défi de l’augmentation des dons d’organes et de gamètes en mobilisant tous les leviers ». Elle reconnait que la tâche n’est pas aisée, « dans des secteurs d’une très grande technicité et sensibilité », mais cela n’entame pas ses ambitions : « l’objectif de 5700 greffes fin 2016 est ambitieux mais atteignable ».

 

Concernant le don d’organes, elle explique le l’ABM met  « l’accent sur Maastricht 3, qui permet le prélèvement sur des personnes décédées dans le cadre d’une limitation ou d’un arrêt des thérapeutiques ». Trois hôpitaux sont pour le moment intégrés au protocole. « Si tout se passe bien il pourra y avoir une rapide montée en puissance. Cette première année, 4 ou 5 établissements pourraient être pilotes », envisage-t-elle.

 

Mêlant le don de gamètes au don d’organes, elle se félicite de mener un « double travail, sur l’offre de soins et l’information », qui devrait « endiguer la pénurie qui touche les dons d’ovocytes, et stabiliser les dons de spermatozoïdes. »

 

Débat sur le consentement au don

 

Cette Journée du don d’organes est également l’occasion de revenir sur le débat suscité par le projet de loi santé à propos du consentement présumé. Anne Courrèges explique que l’ABM « suit avec intérêt le projet de loi et se mobilisera une fois que le dispositif sera voté pour en assurer la bonne mise en œuvre ». Selon elle, le projet de loi « redit qu’il faut un dialogue avec les familles, et l’ABM est chargé de proposer des règles de bonne pratique pour encadrer ce dialogue ».

 

Pourtant l’amendement 46 ter au projet de loi santé « a suscité la colère des acteurs du prélèvement, de la coordination, de la transplantation. » Ils regrettent de ne pas avoir été consultés, et jugent « impensable de s’opposer aux proches». « Il faut une application soft du consentement présumé, sinon on se coupera de la population, cela serait contre productif », explique le Pr Benoit Barrou, responsable de la transplantation rénale au CHU la Pitié-Salpêtrière.

 

Pour Jean-Louis Touraine, député qui a présenté l’amendement, la loi actuelle est « inapplicable : il y a à peine 110 000 noms au registre des refus. (…) L’avis de la famille se substitue à l’avis de la personne. Et c’est l’avis le plus réticent qui l’emporte ». Il assure donc que cet amendement « vise à respecter la volonté de chacun : qu’elle ne soit dénaturé ni par l’Etat ni par les proches ». Il mise sur une diminution de moitié des refus exprimés par les familles.

Michèle Delaunay, a exprimé à l’occasion de cette journée internationale son « soutien très fort à la « présomption de générosité » » qu’elle avait proposé avec Jean Louis Touraine.  

 

Les associations de patients ne sont pas de cet avis. L’association Renaloo par exemple se positionne contre « une vision autoritariste qui fait du registre national des refus le seul moyen d’expression et créera de la défiance autour du fantasme d’un prélèvement automatique, obligatoire. »

 

La journée internationale de réflexion sur le don d’organes et la greffe est aussi l’occasion pour les politiques de se mobiliser et de s’exprimer pour « démontrer a minima que l’on est là, bien là, bien présent sur les questions sociétales ». François Hollande et Marisol Touraine ont ainsi fait part de leurs encouragements au développement du don d’organes.

 

Note de Gènéthique :

  • Campagne d’information sur le don de gamètes de l’ABM : cf. Gènéthique du 5 juin et du 8 juin
  • Prélèvement d’organes Maastricht 3 : cf. Gènéthique du 3 juin
  • Amendement 46 ter du projet de loi santé : cf. Gènéthique du 13 avril

 

<p>Le quotidien du médecin (22.06.2015) - Jean Yves Nau (22/06/2015)</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres