La thérapie génique aux côtés des pacemakers

Publié le : 17 juillet 2014
Une équipe de chercheurs, conduite par Eduardo Marban, un cardiologue au Cedrs-Sinai Medical Center de Los Angeles (Californie, Etats-Unis), est parvenue à réguler temporairement le rythme cardiaque sur des porcs aux coeus défaillants, grâce à une approche de thérapie génique. Elle souhaite obtenir de la FDA, l’autorité du médicament américaine, une autorisation pour des essais cliniques.

 

Les pacemakers permettent, au moyen d’une opération invasive, de retrouver un rythme cardiaque normal. Une équipe de chercheurs a choisi de creuser la piste d’une approche moins invasive, basée sur la thérapie génique. Ils ont donc injecté, dans 12 porcs, un virus porteurs du gène ayant un rôle dans le développement du cœur. En 24 heures, les cellules du cœur infectées par le virus ont commencé à exprimer les gènes stimulant et régulant le rythme cardiaque.

 

Edouardo Marban précise que les effets pourraient être seulement temporaires puisqu’à un certain moment, le système de défense immunitaire est susceptible de reconnaître le virus et d’attaquer les cellules infectées.« Bien que les effets soient limités, le traitement reste utile » explique Marban. « L’approche par thérapie génique peut aider les fœtus aux défaillances cardiaques, les enfants qui dépassent rapidement l’âge de se faire implanter un pacemaker ou pour les personnes pour qui l’opération chirurgicale est trop risquée ». 
<p><span>Nature (</span><span>Sara Reardon</span><span>) 16/07/2014  </span></p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres