La rémunération des donneurs de sang, “un catalyseur favorisant la marchandisation des corps”

Publié le 4 Juin, 2018

En France, « les donneurs de sang ne sont pas rémunérés car le corps humain n’est pas une marchandise », explique François Toujas, président de l’Etablissement français du sang humain. Il rappelle les valeurs éthiques du don du sang : « l’anonymat, le volontariat, le non-profit et le bénévolat », qui garantissent l’expression du consentement et souligne que depuis de nombreuses années, la législation interdit de faire commerce de son corps.

 

Aussi, François Toujas réagit aux pressions visant à la rémunération des donneurs, qu’il estime être « un catalyseur favorisant la marchandisation des corps (organes, cellules souches…) », incompatible de surcroit avec la sécurité des donneurs et celle des receveurs. Pour lui, « penser que l’on peut posséder, acheter ou vendre le corps humain est une conception surannée, datant d’une époque révolue ».

Le Nouvel Economiste (01/06/2018)

Partager cet article

Synthèses de presse

computer-1149148_1920
/ E-santé

Télémédecine : attention aux “dérapages”

« Il faut réguler la télémédecine car il y a trop de dérapages » alerte le Dr Tafani, président du Conseil de ...
61_conseil_etat_facade
/ Genre

Transgenre : le Conseil d’Etat valide l’utilisation du “prénom d’usage” dans les écoles

Une décision qui « méconnaît la protection due à l’enfant » pour l'association Juristes pour l'enfance ...
Cancer : vers une thérapie cellulaire utilisant CRISPR ?
/ Génome

Cancer : vers une thérapie cellulaire utilisant CRISPR ?

Sanofi et Scribe Therapeutics ont annoncé s'associer pour développer des thérapies cellulaires basées sur la technologie CRISPR ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres