La présidente Chilienne favorable à une légalisation de l’avortement

Publié le : 2 juin 2014

 La semaine dernière, la Présidente Chilienne Michelle Bachelet a annoncé qu’elle souhaitait relancer le débat sur l’avortement dans le pays. Ces dernières semaines, c’est la presse qui a fait état de plusieurs cas. Selon le Ministère de la Santé, près de 150 000 avortements sont pratiqués chaque année, beaucoup dans la clandestinité.
Pour la présidente Chilienne, »le Chili doit affronter cette réalité avec maturité dans un débat sérieux, informé, débouchant sur un projet de loi qui dépénalise l’interruption volontaire de grossesse en cas de risque mortel pour la mère, de viol ou de foetus non viable« . 

Un texte destiné à ouvrir « un débat national » devrait être envoyé au Parlement dans les prochains mois. 

A la suite de cette annonce, l’Eglise catholique chilienne et certains partis de droite ont souhaité réagir en dénonçant la préférence de la présidente du Chili pour la protection de la vie des animaux au détriment de la vie humaine, en se référant à un récent projet de loi qui vise à protéger les animaux de compagnie. Un reproche partagé par l’ex-président de centre-droit Sébatian Pinera: « Il semble que l’on prête davantage d’intérêt au bien-être des animaux de compagnie qu’à la vie et la dignité des enfants à naître« . 

Dans le même temps, près de 2500 personnes ont manifesté devant le Palais présidentiel de Santiago afin de faire part de leur opposition au projet de dépénalisation de l’avortement thérapeutique. Julio Isamit, un des responsables de la manifestation et issu de la Fondation « Chile Siempre » (Le Chili toujours) a déclaré: « Nous invitons les gens à manifester, à nous soutenir et dire que nous ne sommes pas d’accord sur ce projet de loi. Nous croyons qu’il y a de meilleures solutions, plus humaines pour les femmes« , comme la création d’un réseau d’adoption et d’un système de soutien psychologique et économique aux femmes enceintes. 

En Amérique Latine, deux autres pays interdisent l’avortement: le Nicaragua et le Salvador. 

<p> AFP 31/05/2014</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres