La PPL sur la fin de vie, une « forme de démission collective »

Publié le : 27 avril 2015

Le Dr Xavier Mirabel[1] et Claire Pellissier[2] signent une tribune dans le célèbre Journal International de Médecine. Ils attirent l’attention sur les modifications importantes que la proposition de loi sur la fin de vie risque d’entraîner pour les praticiens. Face à cela, ils « exigent » que les praticiens puissent bénéficier de l’objection de conscience.

 

D’après leur analyse, la proposition de loi Claeys-Leonetti est une « alternative aux soins palliatifs », « plus simple, mois coûteuse » qui n’est autre qu’une « forme de démission collective ». Qui plus est, elle « ouvre la porte à un drame humain, celui de voir les patients mourir seuls, dans un sommeil artificiel, privés de leur vie, privés de leur mort ».

 

Ils n’ont rien contre la sédation lorsqu’elle est employée en dernier recours. Mais le « droit à la sédation profonde et continue jusqu’au décès », « c’est autre chose », sinon il n’était pas besoin de légiférer. C’est rendre opposable une décision que le médecin « jugerait médicalement illégitime », sinon il n’était pas nécessaire de rendre ce droit opposable.

 

Même si le texte ne parle ni d’euthanasie, ni de suicide assisté, « en pratique, il en serait tout autrement ».  C’est la raison pour laquelle, des soignants lancent un appel aux sénateurs, qui devront bientôt examiner la proposition de loi, pour exiger l’introduction d’une clause de conscience dans ce texte.

 

Note de Gènéthique

Pour lire cet appel de l’association Convergence Soignants Soignés, cliquer sur ce lien.

 

[1] Le Dr Xavier Mirabel est oncologue, chef adjoint d’un département du Centre régional de lutte contre le cancer de Lille.

[2] Psychologue en soins palliatifs, porte-parole du mouvement « Soulager mais pas tuer ».

 

<p>Journal International de Médecine (Dr Xavier Mirabel, Claire Pellissier) 25/04/2014</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres