La naprotechnologie, alternative à la PMA ?

Publié le : 27 février 2015

La naprotechnologie est une technique scientifique venue des États-Unis, utilisée dans le traitement de l’hypofertilité, c’est-à-dire dans une baisse de la fertilité. Abréviation de « Natural Procreative Technology », elle offre une alternative intéressante aux techniques de procréation médicalement assistée (PMA) souvent déshumanisantes pour le couple. De plus en plus de médecins dans le monde se forment pour proposer cette voie aux couples infertiles.

 

Cette méthode fait en effet le pari que l’on peut restaurer la fertilité de nombreux couples en traitant certains déséquilibres naturels souvent négligés par la gynécologie traditionnelle : problèmes hormonaux, malformations, ou encore déséquilibres nutritionnels.

 

La naprotechnologie se diffère de la procréation médicalement assistée PMA car elle fait précéder le diagnostic avant toute démarche : les personnes qui viennent consulter  font tout de suite une batterie d’examens. Ce n’est que dans un deuxième temps qu’un médecin établit un diagnostic et propose un traitement. Dans une procédure de PMA, les examens médicaux s’effectuent au compte- goutte. Le seul objectif est de réussir la fécondation in vitro (FIV). Par conséquent, le sentiment d’être dépossédé de sa fertilité se double d’un jugement sévère sur le manque de rigueur scientifique pratiquée en PMA .

 

La naprotechnologie permet ainsi de concilier approche médicale et respect des données naturelles. Car de nombreux couples se voient entraînés dans des parcours médicaux lourds, sans alternative. La médecine classique préfère orienter vers la PMA rapidement, tant on sait que les taux de réussite baissent avec le temps.

 

L’objectif de la naprotechnologie est de comprendre l’hypofertilité avant d’agir : rythme de vie, freins personnels, histoires individuelles. Les médecins prennent donc en considération la personne dans sa totalité. Dans chaque démarche, deux personnes sont à l’écoute des couples : une instructrice pour écouter et enseigner le relevé des données, et un médecin pour traiter. Le parcours dure en moyenne 18 mois. En moyenne, ce sont 50% des couples suivis qui peuvent alors donner la vie naturellement.

 

<p>Famille Chrétienne - <span>18/02/2015 (Olivia de Fournas)</span></p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres