La monoparentalité augmente les risques cardiaques ?

Publié le : 3 décembre 2020

Les parents isolés ont une moins bonne santé cardiaque que les parents en couple. C’est probablement parce que « c’est très stressant d’être un parent isolé », car ils « portent lourd sur leurs épaules », « sans personne à qui déléguer le partage des responsabilités », et qu’ils « ont moins de temps pour leur propre santé ».

Plusieurs études avaient déjà étudié l’impact de la monoparentalité sur la santé : en 2016, une étude a révélé que « le fait d’être une mère seule qui travaille prédisait un risque plus élevé de maladie cardiaque et d’accident vasculaire cérébral chez les femmes aux États-Unis ». En 2000, une étude qui a suivi des femmes suédoises pendant 20 ans a constaté que « les mères célibataires avaient plus de chances de mourir pendant la période d’étude que les femmes qui avaient un partenaire ». Et en 2016, une étude canadienne qui a suivi des pères célibataires pendant 10 ans a montré qu’ils « avaient trois fois plus de chances de mourir pendant le suivi de l’étude », par rapport aux pères en couples ou aux mères célibataires.

Cette nouvelle étude se base sur les données d’une enquête fédérale de santé incluant 2 180 parents, dont 462 parents célibataires, un quart d’entre eux étant des hommes. L’étude a analysé précisément leur risque cardiaque, selon sept indicateurs, dont la pression artérielle, l’obésité, le régime alimentaire, et le fait que la personne soit fumeuse ou non. Chaque parent a obtenu un score sur une échelle de 14 points :

  • Les parents célibataires, pères et mères confondus, avaient un score inférieur d’environ un demi-point par rapport aux parents en couple,
  • Les mères célibataires avaient un score inférieur de près d’un point par rapport aux mères en couple,
  • « Même après ajustement en fonction de l’âge, de la race, des conditions médicales existantes, de la pauvreté et d’autres facteurs, le groupe des mères célibataires avait 1,31 fois plus de risques d’être considéré comme ayant une santé cardiovasculaire inférieure à l’idéal ».

Cette étude n’a pas encore été publiée dans une revue, elle a été présentée le mois dernier lors de la conférence « Scientific Sessions » de l’American Heart Association.

Selon le Bureau américain du recensement, les Etats-Unis comptaient 10,4 millions de foyers monoparentaux en 2019. A la lumière de l’étude, ces chiffres « font de la monoparentalité un problème de santé publique potentiellement important ».

Source : Medical Press, Michael Merschel (02/12/2020)

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres