La dépression régresse chez les adolescents, mais pas pour ceux qui sont homosexuels

Publié le : 23 octobre 2019

« Moins d’adolescents souffrent de dépression qu’il y a 20 ans, mais la même chose ne peut pas être affirmée pour ceux qui sont homosexuels ou bisexuels ». Une nouvelle étude montre que pour ces derniers, « le risque de dépression reste bien plus élevé que pour les adolescents hétérosexuels, et qu’il ne suit pas la même tendance à la baisse ».

 

Cette étude a été menée auprès de 33 500 adolescents du Massachusetts entre 1999 et 2017. « Parmi les adolescents identifiés comme hétérosexuels, environ 3 sur 10 avaient déclaré s’être sentis déprimés pendant deux semaines consécutives en 1999. En 2017, ce chiffre avait diminué de 5% ». Dans la population d’adolescents « identifiés comme homosexuels », « 51% se disaient déprimés en 1999, un chiffre inchangé 20 ans plus tard ». L’auteur de l’étude, Alexandra Bettis, attribue cet écart au manque d’accès aux services sociaux pour ces adolescents.  

<p>Medical Press, Alan Mozes (22/10/2019)</p> <p> </p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres