La cryoconservation, une solution pour pallier au manque d’organes ?

Publié le : 27 février 2015

Du 26 au 28 février, lors du premier sommet mondial sur cette thématique organisé dans la Silicon Valley, l’Alliance pour la conservation des organes s’est fixé comme objectif de mettre fin à la pénurie d’organes à greffer.

 

Plusieurs scientifiques sont attendus pour discuter des dernières avancées en matière de cryoconservation. Leur objectif : mettre en place des banques pour la conservation d’organes. Car au  manque de donneurs, s’ajoute la fragilité des organes qui ne survivent que quelques heures en dehors de l’organisme et qu’il faut transporter.

 

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS)  estime à environ 90 000 le nombre de transplantations d’organes effectuées chaque année dans le monde. En 2013, 5 123 greffes ont été effectuées en France, «  une hausse de 45 % en 22 ans », selon l’Agence de la biomédecine. Ainsi, le nombre de personnes prélevées a également augmenté, mais le besoin en greffons croît plus rapidement.

 

Lors du sommet, les équipes médicales présenteront leurs derniers travaux. Mais de nombreux défis restent cependant à surmonter tels que « le contrôle des dégâts liés à la cristallisation dans les tissus, la toxicité des agents cryoprotecteurs, le stress thermomécanique, ou encore les blessures ischémiques. » 

<p>Le Quotidien du Médecin (Clémentine Wallace) 26/02/2015</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres