La CPAM condamnée à prendre en charge l’augmentation mammaire d’une femme transgenre

Publié le 24 Mar, 2022

La Caisse primaire d’assurance-maladie (CPAM) de Roubaix-Tourcoing a refusé de prendre en charge l’augmentation mammaire d’une femme transgenre [1]. Cette intervention « relève de la nomenclature des actes, remboursée en cas d’“hypoplasie bilatérale sévère avec taille de bonnets inférieurs à A” »[2], estime la plaignante. Le tribunal judiciaire de Lille lui a donné raison.

Capucine Hasbroucq avait obtenu la prescription de cette mammoplastie bilatérale par son médecin traitant. Pour sa « transition médicale » entamée il y a 5 ans, elle bénéficie d’une prise en charge au titre d’« affection de longue durée » (ALD). La CPAM avait opposé trois refus à sa demande entre les mois de février et d’avril 2021 [3].

Une question de discrimination ?

Pour la Cour, « en refusant le remboursement d’une opération mammaire à une femme trans, la caisse primaire a appliqué “une différence de traitement avec une femme cisgenre, discriminatoire au regard de l’article 8 de la Convention européenne des droits de l’homme comme de nature à créer une inégalité de traitement en matière d’accès à la santé en fonction de l’identité de genre” ».

La CPAM est condamnée à prendre en charge l’intervention, mais aussi à verser des dommages et intérêts à la plaignante. Pour la Cour, Capucine Hasbroucq a subi « un préjudice moral ». Une décision qui fera jurisprudence espère l’association Trans Santé France [4] dont elle est présidente.

 

 

[1] C’est-à-dire une personne née homme et devenue femme à l’état civil.

[2] « Seules deux conditions sont nécessaires au remboursement : le caractère thérapeutique de l’opération et l’inscription à la nomenclature des actes »

[3] Le médecin-conseil n’aurait pas reçu tous les éléments attendus

[4]  Capucine Hasbroucq est également présidente de Trans Santé France, une association qui regroupe des personnes trans, des personnels médicaux et paramédicaux, et des juristes.

Source : Le Quotidien du médecin, Léa Galanopoulo (22/03/2022) – Photo : Freeimages

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

Inde : « Personne, y compris un médecin, n’est autorisé à provoquer la mort d’une autre personne »
/ Fin de vie

Inde : « Personne, y compris un médecin, n’est autorisé à provoquer la mort d’une autre personne »

Le 2 juillet, la Haute Cour de Delhi a rejeté la requête demandant de constituer une commission médicale pour évaluer ...
Passeport
/ PMA-GPA

GPA : la Cour constitutionnelle colombienne demande de nouvelles règles face au risque d’apatridie

La Cour constitutionnelle colombienne a ordonné au ministère des affaires étrangères d’accorder la nationalité colombienne à une petite fille née ...
Pologne : le Parlement rejette une proposition de loi visant à décriminaliser l’avortement
/ IVG-IMG

Pologne : le Parlement rejette une proposition de loi visant à décriminaliser l’avortement

Le 12 juillet, le parlement polonais a rejeté, avec 218 voix contre 215, une proposition de loi visant à « décriminaliser ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres