La CNIL valide l’anonymisation des données de santé basée sur les avatars

Publié le : 6 novembre 2020

La CNIL[1] valide la technologie utilisée par la start up WeData, basée sur des avatars pour anonymiser les données de santé à l’hôpital. Elle assure que cette solution « ne permet pas de ré-identifier les patients », et permet donc de réutiliser les données de santé pour la recherche médicale.

La méthode WeData « repose sur une intelligence artificielle », qui « brouille les pistes sur le profil du patient ». Chacune des données du patient est « légèrement modifiée » : « Elles deviennent assez différentes des données de base pour garantir l’anonymat mais quand même assez proches des données de base afin de ne pas perdre leur valeur. L’idée reste de garder la granularité du jeu de données, avec toujours le même nombre de patients. Cette technologie permet d’assurer qu’on va garder les corrélations entre les individus et les distributions sur une variable », explique Olivier Breillacq, dirigeant de WeData.

Une fois transformées, ces données « ne dépendent plus du RGPD[2]puisque ce ne sont plus des données personnelles. Il n’existe plus de lien avec l’individu ». Ce qui rend possible leur conservation « sans délai de suppression dans les structures qui en ont besoin pour mener une recherche scientifique ».

Pour aller plus loin :

[1] Commission nationale informatique et libertés.

[2] Règlement européen sur protection des données.

Source : L’Usine Digitale, Joséphine Mathoux (5/11/2020)

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres