Jean Mercier, accusé de meurtre sur sa femme, est relaxé

Publié le 13 Nov, 2016

Le 10 novembre, la cour d’appel de Lyon a relaxé Jean Mercier, un homme âgé de 88 ans qui avait administré en 2011 à sa femme des médicaments qui l’ont conduite à la mort.

 

En novembre 2011, Jean Mercier avait été mis en examen « pour meurtre et non-assistance à personne en péril » (cf. Euthanasie : un homme poursuivi pour “homicide volontaire”). La cour d’appel de Lyon estime que « ces deux qualifications paraissent d’entrée peu compatibles dès lors qu’il paraît difficile d’être, à raison d’une scène unique, poursuivi à la fois comme auteur d’un meurtre et en même temps comme auteur d’un manquement à une obligation de secours de la personne victime de ce meurtre ».

 

En décembre 2013, le juge d’instruction avait prononcé un non-lieu pour meurtre mais avait renvoyé Jean Mercier en correctionnelle pour non-assistance à personne en danger. En décembre 2015, le tribunal de Saint-Etienne a condamné l’octogénaire à un an de prison avec sursis, peine confirmée en appel en septembre 2016 (cf. Peine d’un an de prison avec sursis confirmée pour l’octogénaire qui a conduit sa femme à la mort). Toutefois la cour a choisi la relaxe, estimant que « le non-lieu pour meurtre prononcé en 2013 par le juge d’instruction rend impossible tout poursuite contre le prévenu ».

 

La cour considère que Jean Mercier a commis « un acte purement volontaire et conscient, assumé comme tel, qui visait à épargner de nouvelles souffrance à sa femme » et à lui-même. La « seule qualification applicable à Jean Mercier est celle de ‘meurtre, voire de complicité de meurtre’ ». Cependant le non-lieu prononcé en 2013 étant « définitif en soi », la cour estime qu’ « il convient de prononcer la relaxe ».

La Croix, Pierre Bienvault (13/11/2016)

Partager cet article

Synthèses de presse

PMA : le Conseil d’Etat saisi sur la question de l’accès aux origines
/ PMA-GPA

PMA : le Conseil d’Etat saisi sur la question de l’accès aux origines

Juristes pour l’enfance demande un décret ordonnant la destruction des stocks de gamètes recueillis avant la loi de bioéthique de ...
Euthanasie : « l’impossibilité de l’encadrement inhérente à la loi même »
/ Fin de vie

Euthanasie : « l’impossibilité de l’encadrement inhérente à la loi même »

Le Dr Pascale Favre analyse le « modèle » belge régulièrement mis en avant dans le débat sur la fin ...
Canada : un projet de loi pour retarder d'un an l’élargissement de l’AMM aux maladies mentales
/ Fin de vie

Canada : un projet de loi pour retarder d’un an l’élargissement de l’AMM aux maladies mentales

Jeudi, le ministre de la Justice a déposé un projet de loi visant à retarder d'un an l’élargissement de l'"aide ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres