Japon: le vice-Premier ministre chargé des Finances a invité les personnes en fin de vie à “mourir rapidement”

Publié le 24 Jan, 2013

 Selon le quotidien australien Sydney Morning Herald, le vice-Premier ministre des Finances Japonais, Taro Aso, s’est clairement prononcé en faveur de l’euthanasie, lundi 21 janvier. En effet, devant le Conseil national sur la réforme de la sécurité sociale, il a déclaré "que les patients en fin de vie n’étaient que des ‘personnes avec des tubes’ qu’il fallait autoriser à ‘mourir rapidement’ si elles le désiraient". En outre il a précisé: "Vous ne pouvez pas dormir tranquillement quand vous pensez que tout cela [désignant ici le maintient en vie des patients] est payé par le gouvernement. Cela ne sera jamais résolu à moins qu’on ne laisse ces patients se dépêcher de mourir". 
Dès le lendemain, "devant l’affront fait aux millions d’électeurs âgés – un quart des 120 millions d’habitants a plus de 60 ans – " Taro Aso "s’est rétracté […] publiant un communiqué dans lequel il admet avoir tenu des propos ‘inappropriés’ " bien que ce soit réellement son opinion personnelle. En effet, "âgé de 72 ans, il avait […] indiqué au préalable avoir écrit une lettre à ses proches dans laquelle il refuse à l’avenir tout traitement pour le maintenir en vie". 


 20minutes.fr 23/01/13

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

Transhumanisme : Synchron intègre l’intelligence artificielle dans son interface cerveau-ordinateur
/ Transhumanisme

Transhumanisme : Synchron intègre l’intelligence artificielle dans son interface cerveau-ordinateur

Un Américain handicapé a commencé à utiliser une fonction d’intelligence artificielle pour l’aider à communiquer à une vitesse « conversationnelle » ...
Le dossier médical partagé devant le Conseil constitutionnel
/ E-santé

Le dossier médical partagé devant le Conseil constitutionnel

Après sa saisine par l'ordre des médecins, le Conseil d'Etat a soumis une QPC sur les modalités d'accès au dossier ...
Suicide assisté : les juges italiens doivent statuer « au cas par cas »
/ Fin de vie

Suicide assisté : les juges italiens doivent statuer « au cas par cas »

Selon la Cour constitutionnelle italienne, en l’absence de législation sur le suicide assisté, les juges devront se prononcer « au ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres