J. Testart : AMP et dérives eugéniques

Publié le : 24 novembre 2010

Jacques Testart évoque sur son blog l’avenir de la procréation assistée et les avancées techniques qui pourraient bien en modifier les pratiques. Il affirme que "toute technique qui correspond à une demande potentielle se réalisera tôt ou tard" et que les débats et réglementations en bioéthique "servent à différer l’irruption de la technique jusqu’au moment où celle-ci ne sera pas douloureuse". Selon lui, "en tenant compte de l’usure du trouble éthique ("dédiabolisation") qui affecte toute pratique avec le temps, et des valeurs mercantiles qui régissent nos sociétés, il est hautement vraisemblable que, sauf  révolution politique et éthique, les usages pervers des techniques d’AMP ont un avenir irrésistible…"

De l’utérus artificiel au DPI, Jacques Testart passe donc en revue quelques tentations de laboratoires de l’assistance médicale à la procréation. Il souligne notamment l’illégitimité scientifique et éthique de la recherche sur l’embryon, notant que la découverte des cellules iPS devrait permettre à l’embryon humain "d’échapper à la condition de pourvoyeur de cellules" et qu’il est "non seulement plus éthiquement acceptable mais aussi bien plus rationnel de travailler sur des embryons animaux (abondance et fiabilité du matériel biologique), lesquels ne présentent pas de différences majeures avec l’embryon humain qui empêcheraient des recherches fondamentales". Il remarque également que les promesses des chercheurs français qui réclament l’autorisation de faire de la recherche sur l’embryon sont démenties par les recherches menées par les scientifiques britanniques sur l’embryon humain depuis les années 70 et qui sont demeurées sans succès.

Il s’inquiète également de ce qu’avec le diagnostic préimplantatoire,  le "tri des embryons pourrait modifier l’humanité en s’abstenant de modifier un seul humain". Or, selon lui, "trier l’humanité dans l’oeuf c’est vouloir piloter des processus naturels d’une puissance innovante infinie en prétendant que l’issue calculée est forcément bénéfique. Avantage démocratique du nouvel eugénisme : nul n’est exclu de ce "service" puisque toute personne même "tarée", peut générer toutes sortes d’embryons – les meilleurs et les pires diraient les eugénistes – c’est-à-dire que nous allons construire un tamis génétique plébéien d’intérêt collectif".  Il constate que partout en Europe, les critères exigés pour recourir au DPI faiblissent : de la maladie génétique grave et incurable, on est passé à la détection de handicap relatifs et médicalisables (diabète, etc.), puis au DPI d’utilité sociale avec le bébé-médicament. Le DPI s’est ensuite élargi au risque esthétique (strabisme en Grande-Bretagne) ou aux probabilités de pathologies. Enfin, la proposition du CCNE d’élargir systématiquement le DPI au dépistage de la trisomie 21 a mené au DPI opportuniste. "Cet avantage étant "acquis", pourquoi ne pas être complètement logique et efficace en élargissant le DPI opportuniste au delà des trisomies, jusqu’aux dizaines de mutations qu’on sait déjà dépister ? […] Resterait alors le pas final, celui du DPI universel qui consisterait, pour les couples non stériles et sans facteur de risque particulier, à concevoir en éprouvette dans le seul but de bénéficier d’une garantie sur le "produit enfant". Jacques Testart note néanmoins que cela ne sera possible que lorsqu’on aura la possibilité d’accéder à des stocks d’ovocytes importants, la culture in vitro d’ovocytes immatures semblant la plus probable. Il conclut : "Comment ne pas voir alors que le glissement progressif vers un eugénisme de masse, pour lequel le DPN n’est pas compétent, est bien inscrit dans la stratégie du DPI ?"

Pour Jacques Testart,

"le contrôle de la ‘qualité humaine’ semble bien être le nouvel enjeu. La seule inconnue alors est le moment où les éthiciens paresseux s’étonneront en constatant qu’encore une fois ‘la science est allée plus vite que l’éthique’"

.

jacques.testart.free.fr

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres