IVG en Corée du Sud : des médecins plus sanctionnés

Publié le 29 Août, 2018

 

L’avortement est « strictement limité » en Corée du Sud et le ministère de la santé souhaite encore renforcer ces restrictions.

 

En théorie, l’avortement n’est autorisé qu’en cas de viol, d’inceste ou de menace pour la santé de la femme. En pratique, dans un récent sondage, 1% seulement des femmes qui ont recours à une IVG entrent dans les conditions légales.

 

Selon la loi qui fait actuellement l’objet d’un recours devant la Cour Constitutionnelle, les médecins pratiquant des IVG hors du cadre légal risquent jusqu’à deux ans de prison. Depuis le début du mois, le ministère de la santé a durci des sanctions, elles sont susceptibles de suspendre la licence des médecins pour un mois, même sans condamnation pénale. Les instances coréennes qualifient l’avortement « d’action médicale immorale ».

 

L’Université coréenne des obstétriciens et des gynécologues, organisation professionnelle regroupant 2000 praticiens a entamé une grève des IVG pour protester contre ces mesures.

 

Le Figaro et Afp (29/08/2018)

Partager cet article

Synthèses de presse

Marché de la PMA : Chypre affiche ses ambitions
/ PMA-GPA

Marché de la PMA : Chypre affiche ses ambitions

Chypre entend devenir une destination privilégiée du "tourisme médical" en matière de PMA. Choisir le sexe de son bébé y ...
Allemagne : le Conseil d'éthique entre prévention du suicide et "autodétermination"
/ Fin de vie

Allemagne : le Conseil d’éthique entre prévention du suicide et “autodétermination”

Le comité d'éthique souhaite créer une « prise de conscience », préciser « les contours préalables aux décisions de suicide ...
cese
/ Fin de vie

Convention citoyenne sur la fin de vie : le CESE se dote d’un “comité de gouvernance”

La SFAP propose aux participants à la convention une "immersion d’un ou deux jours dans une structure de soins palliatifs" ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres