Interfaces numériques et « commerce de soi »

Publié le 8 Nov, 2017

Philippe Steiner[1], professeur en sociologie de l’université Paris-IV s’interroge sur l’utilisation des interfaces numériques comme « dispositif » permettant « de faire rencontrer une offre et une demande ». Selon lui, là où « le prix est interdit, la marchandisation est bannie » – comme dans le cas de la transplantation d’organes ou les sites de rencontres – les échanges ne se font pas sur un « marché » mais par « appariement[2] ». Ce dernier a des implications bien différentes de celles du marché classique.

 

« Sur le marché, l’acheteur et le vendeur n’ont besoin que d’échanger leur prix pour obtenir satisfaction. Leur identité importe peu. » Ainsi vendre une pomme à un acheteur plutôt qu’un autre n’a pas d’importance. Mais « tous les reins ne conviennent pas à une malade donnée » et l’appariement est un « mécanisme » où la rencontre de l’autre est nécessaire. « Pour obtenir satisfaction, il faut partager une partie de ses caractéristiques intimes. » Pour mettre en lien deux personnes précises avec des données uniques « il faut dire la vérité sur soi » et transmettre par exemple les informations suivantes : « Age 75 ans, groupe sanguin O, en dialyse depuis sept ans ».

 

Il s’agit de « faire commerce de soi », ce qui implique de la confiance dans l’organisme « qui gère l’appariement des données hautement personnelles afin de pouvoir entrer en relation avec la personne ou la ressource souhaitée ».

 

Ce « dévoilement » de nos informations personnelles « pourrait n’être qu’une forme anecdotique d’interaction si ces appariements étaient rares et sans conséquence ». Cependant leur nombre augmente constamment « notamment parce que les capacités de calcul des ordinateurs, leur accès à distance et la création d’algorithmes parviennent à apparier rapidement offre et demande ». Pour fonctionner, cet algorithme incite « les sujets à dire la vérité pour optimiser leurs chances d’accès à la ressource précieuse et souhaitée et pour aboutir à une allocation optimale des ressources, du point de vue de la société ».

 

Une manière d’orienter « la conduite des humains ». Ce que Philippe Steiner appelle “optimagogie” entrainerait une “marchandisation de soi” et soulève de nouvelles questions. De « graves conséquences » sont à prévoir quant au « gouvernement de soi » au niveau individuel et à « la répartition optimale des ressources » au niveau sociétal qui risquent de conduire à des modifications générales de nos attentes.

 

Pour lire son étude : Economy as Matching[3]

 

[1] Normalien, agrégé de sciences sociales et habilité à diriger des recherches en sociologie comme en économie, professeur à l’Université de Paris-Sorbonne (Paris IV).

[2] Note de l’auteur de l’article : « ou matcher, pour employer un anglicisme ».

[3] Fondation Maison des sciences de l’homme, 2017.

 

Le Monde, Baptiste Coulmont (07/11/2017)

Image : Pixabay 

 

Partager cet article

Synthèses de presse

01bis_embryon

Etats-Unis : trois souriceaux nés d’une cellule de peau

Dirigé par Shoukrat Mitalipov, des chercheurs ont fait naitre des souriceaux à partir d'une cellule de peau et d'un ovocyte ...
02_fin_de_vie_soins_palliatifs
/ Fin de vie

Sédation palliative : une nouvelle directive aux Pays-Bas

En juin 2022, la KNMG et l’IKNL ont publié une révision de la directive relative à la sédation palliative ...
Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR
/ Génome

Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR

Une équipe internationale vient de remporter le Big Beat Challenge, pour son projet de thérapie génique visant les maladies cardiaques ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres