Infanticide, avortement tardif et atteinte à la liberté de conscience dénoncés devant l’ONU

Publié le : 18 mars 2014

 A l’occasion d’un premier débat sur la violence contre les enfants et d’un autre sur la liberté de conscience et de religion dans le monde, qui se sont déroulés le 14 mars dernier devant le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies à Genève, Grégor Puppinck, directeur du European Center for Law and Justice (ECLJ) a souhaité dénoncer les infanticides, avortements tardifs et atteintes à la liberté de conscience.

Lors du premier débat, le directeur de l’ECLJ a invité le Conseil à « condamner [l]es violations graves des droits des enfants causées par les infanticides et les avortements tardifs, et à s’engager pour l’interdiction universelle de l’avortement au-delà du seuil de viabilité« . En effet, il a été constaté, d’une part que de nombreux « enfants naissent vivants après des avortements et sont abandonnés à la mort sans soins ou tués » et d’autre part que « certaines méthodes d’avortements tardifs, extrêmement violentes, constituent de véritables actes de tortures« .  
Actuellement, un enfant prématuré à 21 semaines peut être sauvé. Or, dans des pays comme en Suède ou au Royaume-Uni, « l‘avortement sur demande est légal jusqu’au delà du seuil de viabilité« , ou encore comme en France, jusqu’à la fin de la grossesse en cas de malformations. Ainsi, en Angleterre, en 2005, 66 enfants sont nés vivants après un avortement, 622 au Canada entre 2000 et 2011: « tous ont été abandonnés à la mort ou tués par injection ou asphyxie« . En Angleterre d’ailleurs, l’asphyxie ou l’injection létale est même une pratique recommandée aux médecins par le Royal College of Obstetricians and Gynaecologists, pour les bébés nés vivants après un avortement. Pourtant, souligne Grégor Puppinck, ce sont ces mêmes médecins qui « mettent tout en oeuvre pour sauver des enfants prématurés nés au même terme. Tuer un enfant né vivant est un infanticide« . 

Lors du second débat sur la liberté de conscience et de religion dans le monde, Grégor Puppinck a notamment dénoncé « les atteintes au droit à l’objection de conscience des médecins, infirmières et pharmaciens face à l’avortement« . 
En premier lieu, le directeur de l’ECLJ a tenu à faire part de sa crainte que « les pays occidentaux soient confrontés à une nouvelle idéologie qui s’oppose à la liberté de conscience et en particulier au droit à l’objection de conscience« . Pour justifier son propos, G. Puppinck cite la Suède qui « refuse de reconnaître le droit des médecins à ne pas pratiquer l’avortement » ou encore la France qui « refuse de reconnaître le droit des pharmaciens à ne pas collaborer à l’avortement, quand un pharmacien, un médecin ou une infirmière sont licenciées à cause de leur objection de conscience« . 
Ainsi, G. Puppinck demande au Conseil des droits de l’homme « de veiller davantage au respect du droit à l’objection de conscience en matière morale qui est gravement remis en cause dans plusieurs pays occidentaux« . 

<p> Zenit.org 17/03/2014</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres