Inde : ablations forcées d’utérus pour cause de rentabilité des travailleuses

Publié le 19 Juin, 2019

En Inde, des employées pauvres subissent des ablations d’utérus forcées.

 

Pendant la moisson, les coupeuses de canne à sucre de la région de Beed, en Inde, « commencent leur journée entre 2 heures et 4 heures du matin », pour gagner « 30 000 à 35 000 roupies »[1] sur la saison complète. Ce sont les employeurs qui exigent qu’elles se fassent enlever l’utérus, « dans le but que leurs ouvrières n’aient plus leurs règles et puissent ainsi travailler sans discontinuité ». Les professionnels de santé sont souvent complices, « les médecins instrumentalisent la peur du cancer du col de l’utérus pour arriver à leurs fins ».

 

Cette « nouvelle effrayante », révélée par l’ONG Tathapi, a fait l’objet de deux enquêtes gouvernementales en 2018. Celles-ci ont montré que dans le district de Beed, 36 % des Indiennes travaillant aux champs avaient subi une ablation d’utérus, contre 3,2 % dans le reste du pays. 4500 hystérectomies ont été réalisées dans cette zone rurale en à peine trois ans, 85 % d’entre elles ayant été réalisées dans des cliniques privées, qui ne comptent pas toutes des gynécologues dans leurs équipes.

 

D’après ces victimes d’hystérectomie abusive, l’intervention forcée leur a coûté « entre 20 000 et 40 000 roupies »[2], et n’était couverte par aucune assurance-maladie. Un véritable « scandale sanitaire » pour ces Indiennes pauvres « qui subissaient déjà des discriminations en termes de salaire, de conditions de travail et de harcèlement sexuel ».

Courrier International (18/06/2019) – Violences faites aux femmes. En Inde, des ablations de l’utérus forcées

 

Partager cet article

Synthèses de presse

01bis_embryon

Etats-Unis : trois souriceaux nés d’une cellule de peau

Dirigé par Shoukrat Mitalipov, des chercheurs ont fait naitre des souriceaux à partir d'une cellule de peau et d'un ovocyte ...
02_fin_de_vie_soins_palliatifs
/ Fin de vie

Sédation palliative : une nouvelle directive aux Pays-Bas

En juin 2022, la KNMG et l’IKNL ont publié une révision de la directive relative à la sédation palliative ...
Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR
/ Génome

Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR

Une équipe internationale vient de remporter le Big Beat Challenge, pour son projet de thérapie génique visant les maladies cardiaques ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres