Ils réclament des « états généraux de la fin de vie »

Publié le : 10 février 2015

Le 21 janvier, les députés ont ouvert le débat sur la fin de vie. La proposition de Jean Leonetti (UMP) et d’Alain Claeys (PS) suggère d’instaurer un droit à une sédation « profonde et continue ».

 

Inquiets de l’évolution possible de la législation sur la fin de vie, un groupe de « citoyens pour la dignité en fin de vie », parrainé par diverses acteurs travaillant dans le corps médical, ont demandé dans les colonnes de L’Obs que des Etats-Généraux soient convoqués sur ce sujet. « Citoyens pour la dignité en fin de vie, nous voulons réaffirmer que l’euthanasie et le suicide assisté ne peuvent être les réponses d’une société démocratique et solidaire à des personnes vulnérables en fin de vie. L’accompagnement de la fin de vie doit assurer à chacun sa dignité, quel que soit son état, sa fragilité ou son degré de dépendance », écrivent-ils ce 9 février dans L’Obs.

 

Leur objectif est de permettre à tous les citoyens de se faire une opinion sur les questions en débat et qu’ils puissent connaître les règles et les pratiques actuelles. Ils souhaitent sensibiliser pour que chacun puisse mesurer les conséquences sur sa vie ou celle de ses proches. Ensuite, ils demandent la formation du corps médical, au-delà des seuls spécialistes des soins palliatifs. Enfin, ils appellent les professionnels de santé à témoigner de ce qu’ils vivent au quotidien, et à rappeler qu’aujourd’hui « ils savent soulager la douleur ».

 

Enfin, ils veulent faire réfléchir au sens que la France souhaite donner aux progrès de la science et de la médecine en matière de fin de vie pour accorder la société sur des valeurs communes.

<p>Le Plus Nouvel Obs - Jean-Benoît Brichet, Clotilde et Christophe Brossollet (09-02-2015)</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres