Il n’y a pas d’euthanasie ”passive” ou ”active”. Elle est ou elle n’est pas.

Publié le 10 Mar, 2005

Revenant sur l’affaire du Dr de Bourayne de la clinique de la Martinière de Saclay, accusé d’euthanasie puis innocenté par la justice (cf. revue de presse du 17/02/05), Sandrine Blanchard du Monde rappelle que "l’euthanasie – passible de condamnation car interdite en France, ne peut être "passive" ou "active". Elle est ou elle n’est pas".  La mission d’information parlementaire sur la fin de vie, créée à la suite de l’Affaire Vincent Humbert, a expliqué : "seul doit être qualifié d’euthanasie l’acte délibéré par lequel un tiers entraîne directement la mort d’une personne malade".

La justice, en déclarant que le Dr de Bourayne "loin de se livrer à des pratiques euthanasiques criminelles, a inscrit son action dans une démarche palliative", reconnaît que le soulagement de la souffrance, au risque d’abréger la vie du patient, n’est pas assimilable à de l’euthanasie. En cela, elle place "la question de l’intention au coeur de l’éthique médicale". Ainsi, l’euthanasie "caractérisée par l’intention première de son auteur" ne peut être considérée comme un traitement médical de fin de vie comme le sont la morphine, la sédation, la limitation ou l’arrêt des traitements "dont le but est de lutter contre la douleur ou d’éviter l’acharnement thérapeutique".

Jean Leonetti, auteur de la proposition de loi sur la fin de vie, se félicite que "la future loi évitera que les médecins soient poursuivis alors qu’ils respectent l’éthique médicale, et les malades auront la garantie d’être soulagés de leurs douleurs en fin de vie".

Le Monde (Sandrine Blanchard) 10/03/05

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

blood-1813410_1920
/ Génome

Hémophilie A : des résultats positifs de la thérapie génique Pfizer en phase III

Mercredi, l’entreprise Pfizer a annoncé que sa thérapie génique l’hémophilie A, a été « couronnée de succès » lors d'un ...
Changement de genre chez les mineurs : la WPATH « coupable » d’une « fraude scientifique majeure et inqualifiable »
/ Genre

Changement de genre chez les mineurs : la WPATH « coupable » d’une « fraude scientifique majeure et inqualifiable »

La WPATH a recommandé la prescription de « bloqueurs de puberté » et d’hormones du sexe opposé, sans attendre les conclusions ...
Don d’organes en Europe : une priorité de la présidence hongroise
/ Don d'organes

Don d’organes en Europe : une priorité de la présidence hongroise

Plusieurs mesures sont envisagées : augmenter les échanges transfrontaliers, le recours aux donneurs « marginaux » ou la généralisation du consentement présumé ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres