Il « hérite » des 11 embryons congelés par ses parents

Publié le 27 Juin, 2022

La décision, prise par le tribunal en charge de la succession, pourrait ne pas être isolée.

Aux Etats-Unis, un petit garçon de deux ans a « hérité » des 11 embryons congelés par ses parents[1]. C’était en 2012. Le tribunal en charge de la succession a pris cette décision, les parents étant décédés sans laisser de testament. Lorsqu’il aura 18 ans, le tout jeune homme devra décider s’il veut continuer à payer les frais de conservation des embryons, les faire implanter dans une mère porteuse, en faire don à la recherche ou les détruire. En 2028, ce petit garçon devenu jeune homme, sera donc tenu de décider du sort de ses frères et sœurs, restés 16 ans dans des cuves d’azote liquide (cf. Congeler la vie humaine, pour quelles conséquences ?).

Une impossible responsabilité

Et l’histoire pourrait ne pas être isolée. Récemment, le présentateur de la télévision américaine Andy Cohen, a annoncé envisager donner à ses enfants les embryons congelés « qui lui restent », dans le cas où son fils et sa fille ne pourraient pas avoir d’enfants[2]. Ce qui a priori ne pose aucun obstacle légal. Les embryons d’abord réifiés par la congélation, « cette technique de conservation liée à l’alimentaire, donc à la consommation » comme le pointe Monette Vacquin, psychanalyste et membre du Conseil Scientifique du département d’Ethique biomédicale du Collège des Bernardins [3], peuvent désormais se transmettre comme des biens parmi d’autres.

« Frères et sœurs congelés font partie de la “transmission” au même titre que la maison de campagne et les titres bancaires », analyse Danielle Moyse, philosophe, professeur et chercheuse associée à l’Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux. « Ils font en quelque sorte partie des biens meubles et leur vie dépend de plus d’une décision de leurs frères et sœurs qui ne devrait pas avoir lieu d’être. »

Une décision à venir en forme d’impasse, puisque « tout “choix” sera de toute façon problématique », souligne la philosophe : « qu’ils donnent ces embryons, les détruisent, ou recourent à un nouvel artifice pour qu’ils viennent au monde, ils se sentiront coupables d’une situation de laquelle, pour le moment, ils ne sont absolument pas responsables… »

Une incapacité croissante à simplement recevoir la vie

« Alors même que par l’emprise que nous voulons avoir sur la vie, nous devenons de plus en plus incapables de la recevoir, la réception de la vie étant de plus en plus allègrement supplantée par sa fabrication, les jeunes frères et sœurs en vie sont mis en demeure de “prendre une décision” sur des enfants potentiels, dont la venue au monde n’est pas du tout de leur responsabilité », analyse Danielle Moyse. « Arrivés à 18 ans, la sagesse ne serait-elle pas de refuser l’héritage ? »

 

[1] BioEdge, Orphaned embryos in the care of an orphan, Michael Cook (21/06/2022)

[2] Insider, Andy Cohen says his kids can use his embryos to ‘defrost’ and ‘raise’ their siblings when they’re older, Esme Mazzeo (08/06/2022)

[3] Monette Vacquin, Main basse sur les vivants, Ed Fayard, 1999

[1] BioEdge, Orphaned embryos in the care of an orphan, Michael Cook (21/06/2022)

[2] Insider, Andy Cohen says his kids can use his embryos to ‘defrost’ and ‘raise’ their siblings when they’re older, Esme Mazzeo (08/06/2022)

[3] Monette Vacquin, Main basse sur les vivants, Ed Fayard, 1999

Cet article de la rédaction Gènéthique a initialement été publié sur Aleteia sous le titre : Orphelin, il « hérite » de onze embryons congelés par ses parents

Photo : iStock

Partager cet article

Synthèses de presse

Vers un plan décennal pour les soins palliatifs ?
/ Fin de vie

Vers un plan décennal pour les soins palliatifs ?

Mardi, Agnès Firmin Le Bodo a lancé un « atelier culture palliative » pour repenser la stratégie en matière de ...
ia_-_istock-636754212
/ Génome

Une IA pour accélérer le développement de thérapies géniques

Des chercheurs ont conçu un programme d'intelligence artificielle afin de produire des « protéines personnalisables » appelées doigts de zinc ...
Minnesota : l’avortement sans limite entre en vigueur
/ IVG-IMG

Minnesota : l’avortement sans limite entre en vigueur

L’avortement est désormais possible « pour n'importe quelle raison pendant les 9 mois de la grossesse », indique la sénatrice Julia Coleman ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres