Human Brain Project : les neurosciences cognitives de nouveau au coeur du projet

Publié le : 20 mars 2015

La direction du projet scientifique européen Human Brain Project (HBP) a adopté mercredi les recommandations portées par le médiateur Wolfang Marquard. Ce dernier avait été nommé en septembre 2014 (cf. synthèse Gènéthique du 18 septembre 2014) afin de mettre en place la réforme du projet voulue par plus de 260 scientifiques qui appelaient à « réexaminer avec attention à la fois la dimension scientifique et la gestion » de l’HBP (cf. synthèse Gènéthique du 09 juillet 2014).

 

Selon ces spécialistes, le projet de modélisation informatique du cerveau, promu par l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) et soutenu par l’Union européenne (UE), en se consacrant trop étroitement à la « simulation cérébrale » se décentrait de son objectif principal : accroître les connaissances scientifiques sur le cerveau humain. Le vote de mercredi a replacé les neurosciences cognitives au cœur du projet.

 

La gestion a aussi été modifiée. Le comité directeur a crée un groupe responsable de la gouvernance du HBP. Il sera composé d’anciens et d’actuels responsables d’organisations scientifiques internationales. Des entités séparées consacrées à la gouvernance, à l’évaluation, aux enjeux scientifiques et aux questions budgétaires seront mises en place.

 

« Nous avons établi avec certitude que nous avons maintenant toutes les informations nécessaires pour préparer le projet en vue de son démarrage opérationnel en avril 2016 » a déclaré Philippe Gillet, directeur du comité de l’EPFL.

 

Rappelons qu’HBP est le projet phare de l’Union européenne, en concurrence avec des Etats Unis, dans la « conquête du cerveau ».

 

<p>Le Temps, 19/03/2015</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres