Handicap dans la fratrie : une étude montre l’impact positif sur les frères et sœurs

Publié le 22 Mar, 2021

Avoir un frère ou une sœur porteur d’un handicap est un « avantage » et une « chance » pour le reste de la fratrie. C’est une étude menée par des chercheurs israéliens qui parvient à cette conclusion. « Avoir un enfant handicapé dans une famille impose des exigences uniques à tous les membres de la famille (…). Bien que des difficultés existent, elles s’accompagnent souvent de contributions positives à court et à long terme », explique le professeur Zaidman-Zait, l’un des auteurs de l’étude, publiée dans Science Daily.

Les scientifiques ont étudié 60 enfants de 8 à 11 ans. « La moitié avait des frères et sœurs au développement typique, l’autre moitié avait des frères et sœurs porteurs de déficiences intellectuelles ». En se basant sur des dessins, des questionnaires et des enquêtes à destination des parents, ils ont mesuré la qualité des relations entre enfants au sein des fratries et « ont pu établir les différences entre les deux groupes d’enfants ». L’étude a conclu que « le fait d’avoir un membre de la famille atteint d’un handicap rend le reste de la famille, y compris les enfants au développement normal, plus attentifs aux besoins des autres ». Lorsque dans une famille l’un des enfants a des besoins supplémentaires, spontanément ses frères et sœurs le « soutiennent davantage ». Mais au-delà de ce comportement « compréhensible », l’étude a révélé que les frères et sœurs ont également « obtenu des scores plus élevés en matière d’empathie, de pédagogie et de complicité et des scores plus faibles en matière de conflit et de rivalité ». Des qualités dont tous les parents rêvent chez leurs enfants.

Ces résultats ne sont pas une surprise pour les parents d’enfants présentant des déficiences intellectuelles. Mais il est « important que les conclusions de l’étude soient partagées » en particulier « auprès de ceux qui pourraient ressentir une certaine appréhension à l’idée d’accueillir un enfant à besoins particuliers dans leur famille ». En effet, grâce à ces conclusions, « les gens peuvent non seulement apprécier la joie d’une si belle – quoique parfois éprouvante – composition familiale », mais également « comprendre les avantages réels que ces frères et sœurs peuvent apporter les uns aux autres ainsi qu’à leur entourage ». Et à notre époque « où la société recherche la perfection », cela permet aussi de rappeler à quel point « les personnes porteuses de handicap jouent un rôle fondamental dans la constitution de la famille parfaite et des frères et sœurs les plus géniaux ».

 

Source : Aleteia, Cerith Gardiner (22/03/2021) – Photo : Pixabay\DR