Greffes : propositions de l’Académie de Médecine

Publié le 26 Mai, 2004

Le groupe "Transplantations" de l’Académie de Médecine a remis ses propositions pour pallier le manque d’organes qui provoque chaque année la mort de 200 personnes.

L‘Académie propose notamment d’élargir le recours au donneur vivant, à la famille élargie (oncle, tante, belle-soeur et beau frère) et non seulement à la famille directe (mère, père, fils, fille, soeur, frère, grand-mère et grand-père).

Le groupe de travail a proposé une solution originale : la possibilité de dons croisés entre les familles. Dans la situation suivante : un patient A en attente d’un organe et n’ayant pas de parent compatible mais l’organe de ce parent serait compatible avec un patient B qui lui-même aurait un parent aux organes compatibles avec le patient A, on pourrait envisager que l’organe du donneur de la famille A soit transplanté au patient B, et inversement.

L‘Académie souhaite que les règles de sélection des donneurs soient plus souples et que soient re-considérées les infections qui contre-indiquent la transplantation. Pour le Pr Cabrol : "il faut comparer le risque infectieux avec le risque vital en l’absence de greffes. De plus, il existe aujourd’hui des infections guérissables qui n’ont pas été prises en compte par le décret [du 9 octobre 1997]".

Le Quotidien du Médecin (Véronique Hunsinger) 27/05/04

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

Le dossier médical partagé devant le Conseil constitutionnel
/ E-santé

Le dossier médical partagé devant le Conseil constitutionnel

Après sa saisine par l'ordre des médecins, le Conseil d'Etat a soumis une QPC sur les modalités d'accès au dossier ...
Suicide assisté : les juges italiens doivent statuer « au cas par cas »
/ Fin de vie

Suicide assisté : les juges italiens doivent statuer « au cas par cas »

Selon la Cour constitutionnelle italienne, en l’absence de législation sur le suicide assisté, les juges devront se prononcer « au ...
Tennessee : « Il n'existe pas de droit fondamental à un certificat de naissance mentionnant l'identité de genre au lieu du sexe biologique »
/ Genre

Tennessee : « Il n’existe pas de droit fondamental à un certificat de naissance mentionnant l’identité de genre au lieu du sexe biologique »

Une cour d'appel a statué que le Tennessee ne pratiquait pas de discrimination en n'en autorisant pas à modifier la ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres