Greffe de poumon : une nouvelle technologie pourrait multiplier les greffons disponibles

Publié le : 23 mai 2018

Une technologie expérimentale en cours d’essai aux USA pourrait augmenter considérablement le nombre de poumons jugés aptes à la transplantation. Actuellement, jusqu’à 80 % des poumons de donneurs sont laissés de côté, soit parce qu’ils sont abîmés, soit « parce qu’il existe des doutes sur leur qualité et qu’il n’existe aucun moyen de vérifier leur état ». La nouvelle technique de vérification, appelée perfusion pulmonaire ex vivo (EVLP) permet une « évaluation plus éclairée » de l’état du poumon, réduisant ainsi le taux de déchet.

 

Chaque poumon de donneur est immédiatement envoyé par avion au centre d’évaluation pulmonaire de Lung Bioengineering à Silver Spring. Il est « branché » sur une machine EVLP, où il est testé en fonctionnement pendant trois à six heures. « Les poumons sont gonflés avec un ventilateur et les vaisseaux sanguins sont perfusés avec une solution de protéines et de nutriments. La perfusion est effectuée à la température du corps pour imiter les conditions physiologiques normales. L’état des poumons est contrôlé par des tests tels que les rayons X, les bronchoscopies et les analyses de niveau d’oxygène. Le sang du donneur restant dans les poumons, y compris les médicaments, est dilué et filtré. Sont également supprimés les caillots sanguins. » Si le poumon passe tous ces tests, il est alors renvoyé par avion au centre de transplantation, alors qu’il « n’aurait pas été jugé utilisable sur la base des informations normalement disponibles ».

 

Les poumons qui sont jugés impropres à la transplantation sont ceux ayant subi un traumatisme tel qu’un accident de la route, une maladie pulmonaire, une pneumonie, ou des traitements médicaux comme la ventilation mécanique prolongée. Dans ces cas, les poumons présentent le risque d’être meurtris, enflés ou gorgés d’eau.

 

Un essai clinique est en cours, comparant 66 patients ayant reçu un poumon EVLP et 66 patients ayant reçu un poumon classique.

 

Voir aussi :

La greffe du poumon s’améliore

Conserver les organes pour les traiter, le défi de XOR Labs

 

 

<p>News-medical.net (23/05/2018)</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres