Grande Bretagne : l’euthanasie reconnue comme un meurtre

Publié le : 23 novembre 2010

Frances Inglis, une femme britannique reconnue coupable d’avoir tué son fils atteint de lésion cérébrale a perdu en appel, la Cour ayant jugé que l’euthanasie est un meurtre. Initialement condamnée à perpétuité, la Cour d’appel a réduit la peine à cinq ans.

En 2007, après que son fils Thomas avait été sérieusement blessé à cause d’une bagarre, elle avait tenté de le tuer avec une injection d’héroïne. Il avait toutefois été réanimé et elle avait été reconnue coupable de tentative de meurtre. Mise en liberté provisoire, elle était ensuite parvenue à ses fins.

Le juge a déclaré qu’une "vie handicapée, même une vie menée avec un handicap lourd, n’est pas moins précieuse que la vie d’une personne valide". La vie de Thomas "était protégée par la loi, et personne, pas même sa mère, ne pouvait intervenir pour la mener à cette conclusion prématurée".

Il s’agirait du premier cas d’euthanasie jugé en Cour d’appel en Grande Bretagne.

Bioedge (Michael Cook) 20/11/10

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres