GPA illégale au Portugal : une société de GPA ouvre quand même un bureau à Lisbonne

Publié le : 22 mai 2018

La GPA a beau être interdite au Portugal, une société israélienne va tout de même ouvrir un bureau à Lisbonne, pour proposer son commerce aux Portugais. Roy Nir, le PDG de la société, s’est exprimé auprès de la presse locale, garantissant que les activités de Tammuz « seraient totalement légales car tout le processus serait mené à l’extérieur du Portugal ». En clair, les agences sont interdites, mais leur bureau d’accueil contournera l’interdiction, car il servira à « recevoir, avec grand plaisir, toute personne intéressée à faire le processus en dehors du Portugal ».

 

Le PDG en profite pour expliquer tout le fonctionnement de son agence, qui a déjà « créé plus de 750 familles » en dix ans : les grossesses se passent soit en Ukraine, pour les couples hétérosexuels infertiles, soit aux Etats-Unis pour les autres. « Les Ukrainiennes reçoivent entre 20 000 et 22 000 euros, et les Américaines environ 50 000 dollars, soit 42 000 euros ». Le coût global pour le ou les commanditaires se situe entre 40 000 et 85 000 €.

 

Si le processus total est complexe (recherche des deux donneurs de sperme et d’ovocyte, de la mère porteuse, des médecins, des cliniques, service juridique, etc), Roy Nir fait miroiter une entreprise « qui s’occupe de tout », « du premier contact client jusqu’au jour où ils emmènent leur nouveau-né ».

 

Actuellement, la pratique de la GPA est interdite au Portugal[1], sauf pour les femmes qui ne peuvent concevoir à cause d’une absence d’utérus, et dans ce cas, il est interdit de rémunérer la mère porteuse qui doit faire porter l’enfant de façon altruiste et désintéressée[2].

 

[1] Le Portugal passe outre le veto présidentiel et autorise la GPA

[2] GPA au Portugal : la grand-mère donnera naissance à son petit-enfant

<p>The Portugal News (17/05/2018)</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres