Forte abstention pour le référendum italien

Publié le 14 Juin, 2005

La participation des Italiens au référendum sur la fécondation assistée était très faible hier soir avec 13.3% de votants à 19h. Les Italiens peuvent encore voter aujourd’hui jusqu’à 15h00 mais les référendums d’initiative populaire ne sont validés que si la participation dépasse 50%. Les experts considèrent généralement que les référendums de ce type ont une chance d’aboutir si environ 35% des électeurs vont voter dès le premier jour.

Les italiens doivent répondre à quatre questions : Faut-il retirer du texte les références à l’embryon en tant qu’être humain à part entière ? Doit-on supprimer la limitation à trois du nombre d’embryons créés et aussitôt implantés sans possibilité de diagnostic préalable ?  Faut-il annuler les limitations à la recherche sur les embryons? Enfin, faut-il revenir sur l’interdiction de recourir à un donneur extérieur ?

Les partisans de l’abstention se sont largement mobilisés : "Sur, la vie on ne vote pas" pouvait-on lire sur les affiches. Le cardinal Camillo Ruini, président de la Conférence épiscopale italienne a appelé à plusieurs reprises les électeurs à l’abstention :"nous ne voulons pas forcer les consciences mais seulement les éclairer ; nous ne sommes contre personne, nous travaillons au contraire pour quelqu’un, pour la vie humaine naissante, pour les enfants qui ont le droit de connaître leurs parents, pour les femmes et les hommes d’aujourd’hui et de demain, qui doivent toujours être considérés comme des personnes et non comme des produits de laboratoire ou des objets d’expériences, et qui même dans leur juste désir d’être des parents, doivent être aidés à ne pas oublier que l’enfant est, avant d’être une satisfaction personnelle, une personne à accueillir comme un don ». Quant au pape Benoit XVI, il a apporté son soutien aux évêques italiens dans leur engagement pour la défense du "caractère sacré de la vie à la conception".

Parmi les médecins quelques voix s’élèvent. Pour Bruno Della Piccola, professeur de génétique à l’université catholique la Sapienza de Rome : "il est illusoire de faire croire que l’unique moyen de traiter ces maladies soit d’utiliser des embryons. En des années de recherche, ces cellules n’ont donné aucun résultat. En revanche, grâce aux cellules souches adultes, nous sommes en mesure de reconstruire la peau, la cornée, l’os et depuis peu, les dégâts provoqués par les maladies dégénératives des neurones".Cette argumentation rejoint celle de l’écrivain Oriana Fallaci qui dénonce "les Frankenstein et leurs mercenaires" qui ont "procédé à un nouveau massacre des innocents". Enfin, le cardinal Angelo Scola justifie son abstention en affirmant" si je suis patriarche de Venise, c’est que moi aussi, j’ai été un embryon".

Le Figaro (Richard Heuzé) 11&13/06/05 – Le Monde (Jean-Jacques Bozonnet) 13/06/05 – Libération (Eric Jozsef) 11&13/06/05 – le Nouvel Observateur 13/06/05 – Zenit 10/06/05 – Osservatore Romano 07/06/05

Partager cet article

Synthèses de presse

01bis_embryon

Etats-Unis : trois souriceaux nés d’une cellule de peau

Dirigé par Shoukrat Mitalipov, des chercheurs ont fait naitre des souriceaux à partir d'une cellule de peau et d'un ovocyte ...
02_fin_de_vie_soins_palliatifs
/ Fin de vie

Sédation palliative : une nouvelle directive aux Pays-Bas

En juin 2022, la KNMG et l’IKNL ont publié une révision de la directive relative à la sédation palliative ...
Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR
/ Génome

Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR

Une équipe internationale vient de remporter le Big Beat Challenge, pour son projet de thérapie génique visant les maladies cardiaques ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres