FIV: les médecins québécois s’inquiètent de la recrudescence des grossesses multiples

Publié le : 26 septembre 2013

 

 Depuis quelques semaines, au Québec, certains hôpitaux font face à une augmentation d’appels de femmes enceintes de triplés ou de quadruplés à la suite de traitements de fécondation in vitro (FIV). Cette recrudescence de grossesses multiples inquiète le Collège des médecins qui a « ouvert une enquête pour faire la lumière sur ce qui se passe dans les cliniques de fertilité« , précise le site d’information canadien Lapresse.ca.

 

Selon une loi de 2010, le programme de procréation médicalement assistée (PMA) est gratuit, (Cf synthèse de presse Gènéthique du 13 juillet 2010) et seul un embryon peut être implanté à la fois. Mais « dans certains cas, notamment en raison d’une mauvaise qualité des embryons, le médecin peut implanter deux embryons chez la femme de moins de 36 ans ou trois embryons si elle a plus de 37 ans« , une décision que le médecin doit justifier. Mais l’augmentation des grossesses multiples, et des demandes de réductions foetales (*) semble démontrer que « l’implantation de plus d’un embryon soit de nouveau une pratique utilisée« . 

 

Face à ces dérives, « plusieurs médecins réclament […] davantage de balises pour encadrer la procréation médicalement assistée » car « des complications peuvent survenir, mettant la vie de la mère et de son enfant en danger« . Ainsi, malgré l’information des risques, « aucune balise ne […] permet de refuser un traitement de FIV« , puisque « la décision finale revient au médecin en fertilité et à sa patiente« , explique le Dr François Bissonnette, président de la Société canadienne de fertilité et d’andrologie, également médecin à la clinique OVO et à la clinique de fertilité du Centre hospitalier de l’Université de Montréal. Il précise: « Une patiente peut considérer que le risque ne vaut pas la chandelle alors que l’autre se dit prête à assumer le risque. Des fois, on peut arriver avec un risque significatif, mais que le médecin et sa patiente ont accepté« .  
Dans ce contexte, le rapport du commissaire à la santé et au bien-être, qui doit émettre un avis au ministre sur la question de la PMA, est largement attendu. 

 

(*) Réduction foetale: réduction du nombre de fœtus ou d’embryons viables dans le cas d’une grossesse multiple
 

<p> Lapresse.ca (Pascale Breton) 25/09/2013</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres