Fin de vie au Québec: médecins et tribunaux se prononcent contre

Publié le : 31 octobre 2013

 A quelques jours du vote sur le projet de loi 52, « visant à autoriser l’euthanasie sous la forme d’une aide médicale à mourir » (Cf. Synthèse de presse Gènéthique du 13 juin 2013), La coalition des médecins pour la justice sociale a demandé au Dr Stevens, oncologue américain, de témoigner sur son expérience dans un Etat américain, (l’Orégon) où le suicide assisté est autorisé depuis 15 ans. Pour ce médecin, le suicide assisté est un « permis de tuer » et donner le choix au patient de pouvoir mettre fin à ses jours est une « incitation au suicide« .

 

Récemment, deux décisions de tribunaux canadiens maintiennent la législation contre l’euthanasie et le suicide assisté. Il s’agit, en premier lieu, d’une décision de la Cour d’Appel de la province de la Colombie-Britannique (Cf synthèse de presse Gènéthique du 28 août 2012), rendue le 10 octobre 2013, qui maintient l’interdiction du suicide assisté. La deuxième décision, en date du 18 octobre 2013, a été rendue par la Cour suprême du Canada (affaire Rasouli). Elle déclare qu’un médecin est tenu d’obtenir l’accord de son patient (ou de son tuteur) avant d’arrêter un traitement, lorsque cette décision est susceptible d’entraîner la mort de son patient. 

 

<p> Journal de Montréal (Giuseppe Valiante) 27/10/2013 - radio-canada.ca (Annick Forest) 10/10/2013 - news.nationalpost.com 18/10/2013</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres