Fécondation in vitro et risques de problèmes génétiques

Publié le : 25 février 2009

Selon une étude publiée dans le New York Times en novembre 2008, sur 9 584 bébés nés avec des problèmes de santé, 2,4% ont été conçus par FIV et sur 4 792 bébés nés en bonne santé, 1,1% ont été conçus par FIV.

Le Dr Andrew Feinberg, professeur de médecine et de génétique à l’Université John Hopkins (Baltimore), a noté qu’il existe un manque d’informations sur la FIV et ses conséquences, notamment en ce qui concerne des gènes responsables de cancers ou de certains syndromes, comme le syndrome de Beckwith-Wiedemann lié à un défaut d’"imprinting" (empreinte parentale) et caractérisé par l’apparition de certains cancers pendant l’enfance…

Les parents commencent à se demander si ces cancers peuvent avoir été causés par la FIV.

NDLR : sur "l’imprinting". Chez l’homme, environ 80 gènes sont soumis à une empreinte parentale : dans la paire de gènes, l’un des deux doit être d’origine paternel et l’autre d’origine maternel, sous peine d’anomalies graves. 

BioNews (Sarah Guy) 23/02/09

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres