Euthanasie : une Espagnole condamnée à 25 ans de prison après l’assassinat de son mari

19 Jan, 2023

Dans une décision du 29 décembre 2022, la Cour provinciale de Valence, en Espagne, a condamné une femme à 25 ans de prison après l’assassinat de son époux qui souffrait d’une incapacité physique importante à cause d’une maladie dégénérative du système nerveux.

En 2017, ce dernier avait exprimé, par acte notarié et en pleine conscience, son désir de ne pas poursuivre sa vie « dans le cas où sa détérioration physique et/ou mentale serait irréversible ».

En 2019, face à l’avancée de sa maladie, il s’était renseigné sur l’euthanasie et s’était inscrit auprès de l’association « Derecho a Morir Dignamente », tout en attendant l’aboutissement de la réforme juridique sur cette pratique avant de prendre une décision.

Mais, quelques mois plus tard, fin 2019, sa femme a tenté de le tuer par asphyxie avant de l’étrangler à mort, malgré l’opposition de son mari qui a tenté de se défendre. Après cet acte, l’accusée a jeté le corps dans un fossé avant de signaler sa disparition.

Le jugement a déclaré que les faits étaient constitutifs d’un meurtre avec préméditation. La Cour précise en outre que la femme a profité « d’une situation particulière d’impuissance de la victime (…) étant donné que le défunt était atteint d’une maladie dégénérative ».

En dehors de sa peine de prison, la femme doit également indemniser les deux enfants, mineurs, de la victime à hauteur de 285 000 euros.

Source : Diario Constitucional (18/01/2023) – Photo : iStock

DERNIERES ACTUALITES
Euthanasie : un nouveau non de la Cour constitutionnelle portugaise

Euthanasie : un nouveau non de la Cour constitutionnelle portugaise

Au Portugal, la Cour constitutionnelle a rejeté un texte visant à dépénaliser l’euthanasie (cf. Portugal : l’euthanasie de retour au Parlement). C’est le deuxième refus de la Cour. Elle invoque une « intolérable imprécision » dans la rédaction de la proposition de...

Fin de vie : « voyage d’observation » en Suisse

Fin de vie : « voyage d’observation » en Suisse

Vendredi, les deux ministres en charge du débat sur la fin de vie, Agnès Firmin Le Bodo et Olivier Véran, se sont rendus à Genève pour un « voyage d’observation ». Un groupe de députés et de sénateurs était également avec eux. Un acte non punissable et non un droit «...

Partager cet article

Toute l’actualité bioéthique
chez vous, gratuitement

Cochez vos choix :

En validant ce formulaire, j’accepte de recevoir les informations du site Gènéthique par email et accepte la politique de confidentialité