Euthanasie: le monde médical est désorienté

Publié le : 7 juillet 2014

 Avec les récentes décisions rendues dans le cadre des affaires Lambert et Bonnemaison, le monde médical est désorienté. Elles sèment le trouble dans les équipes médicales et suscitent l’incompréhension autour de l’interprétation de la loi Léonetti.

 
« Les équipes médicales sont perdues par la contradiction entre le Conseil d’Etat qui, dans l’affaire Vincent Lambert, conforte la loi Leonetti, et les réactions à l’affaire Bonnemaison, qui laissent penser qu’un médecin peut disposer de la vie d’autrui », explique à La Croix Vincent Morel, président de la Société Française de l’accompagnement et des soins palliatifs.
 
Dans le Figaro, un cancérologue s’interroge sur le message envoyé par ces deux affaires : « On parle depuis des mois de la nécessaire évolution de la loi Leonetti alors qu’elle n’est même pas ou mal appliquée au quotidien et que la justice elle-même – avec l’acquittement de notre confrère Bonnemaison pour sept euthanasies actives – nous engage désormais à ne pas la respecter! ».

 

Mercredi dernier, dans l’affaire Bonnemaison, le procureur général annonçait que le parquet faisait appel de l’acquittement du médecin urgentiste (Cf Synthèse de presse Gènéthique du jeudi 3 juillet 2014). Une décision à la suite de laquelle de nombreux médecins ont fait part de leur « soulagement » : « Ce qui est très perturbant, ce n’est pas l’acquittement de cet homme en particulier, c’est le fait que la transgression de l’interdit fondamental, ‘tu ne tueras point’, soit acceptée par les jurés », explique Olivier Jonquet, réanimateur au CHRU de Montpellier.

Louis Puybasset, chef du service de neuroréanimation chirurgicale à la Pitié-Salpétrière (Paris) estime que le verdict rendu dans le cadre de l’affaire Bonnemaison est « un verdict de compassion, qui protège l’enfant du pays, mais ce n’est pas médicalement raisonnable. Cela dit bien la confusion dans l’esprit des gens sur ces questions très pointues. C’est un très mauvais signal envoyé sur la toute-puissance médicale ».

 
Par ailleurs, ce vendredi 4 juillet, le Dr Kariger, médecin de Vincent Lambert a annoncé sa mise en disponibilité au CHU de Reims « pour des raisons professionnelles et personnelles ». Celle-ci prendra effet au 1er septembre prochain. 
<p>La Croix <small>(Flore Thomasset)</small> 07/07/2014 – Le Figaro <small>(Delphine de Mallevoüe)</small> 07/07/2014 – Legeneraliste.fr</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres