Euthanasie: Jacques Bompard met en garde contre l’ « idéologie mortifère »

Publié le : 3 janvier 2014

 La conférence citoyenne vient de se prononcer en faveur du suicide assisté et d’une exception d’euthanasie (Cf synthèses de presse Gènéthique du 16/12/2013). Jacques Bompard, député du Vaucluse et maire d’Orange publie ainsi une tribune dans l’hebdomadaire Valeurs actuelles dans laquelle il souligne que « la peine de mort, bien qu’ayant disparu du code pénal, est en réalité toujours d’actualité« . Où la trouve-t-on? « dans les lieux où on l’y attend le moins » précise le député, puisque ceux-ci sont en principe ceux qui ont pour mission de soigner. Et uniquement sous la pression des mouvements proeuthanasie, « le Parlement risque donc d’autoriser sous peu l’euthanasie, sous couvert d’humanisme habilement ‘marketé’ et de droit à mourir dans la dignité« . 

 

Pourtant, l’exemple belge devrait « nous éclairer« , de nombreuses dérives ayant été dénoncées. Jacques Bompard mentionne à ce titre le comité d’éthique belge qui, dans la moitié des cas est « incapable de savoir s’il s’agit d’une euthanasie réellement justifiée« , les dossiers étant étudiés a posteriori. (Cf Synthèse de presse Gènéthique du 16 octobre 2013). Mais peu importe, il semble que la crise soit là. De fait, « la tentation d’effectuer des économies sur le budget de la Sécurité sociale en euthanasiant ceux qui coûtent trop cher à la collectivité est grande« , dénonce Jacques Bompard. Ainsi, il semble que « le crime de masse ne [fasse] pas peur à l’idéologie libérale-libertaire« , citant à ce titre la loi Veil de 1975 qui, en dépénalisant l’avortement, donne lieu a plus de 200 000 interruptions volontaires de grossesse par an. Le député du Vaucluse s’interroge donc : « Combien de temps encore notre société devra-t-elle subir le joug de cette idéologie mortifère, nous imposant sa culture de mort sous couvert de progrès et de libération de l’individu?« .

 

Pour Jacques Bompart, « il est urgent de rompre avec cette spirale mortifère, qui voudrait que l’Homme sorte de sa condition pour se faire l’égale de Dieu« . Il faut que notre société prenne soin des plus fragiles. A ce titre, le maire d’Orange cite le Pr Jérôme Lejeune: « Il faut reconnaître que les maladies coûtent cher, en souffrance individuelle comme en charge pour la société. […] Mais ce prix, nous pouvons l’évaluer: c’est exactement celui qu’une société doit payer pour rester pleinement humaine« .

<p> Valeurs Actuelles (Jacques Bompard) 02/01/2013</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres